La fusion entre le groupe de médias de Donald Trump et Digital World Acquisition Corp retardée par une enquête fédérale

Les deux entreprises concernées n'ont pas réagi aux sollicitations de l'AFP.

La Libre Eco avec AFP
La fusion entre le groupe de médias de Donald Trump et Digital World Acquisition Corp retardée par une enquête fédérale
©AFP

Le véhicule coté avec lequel Donald Trump doit fusionner son jeune groupe de médias est visé par une enquête des autorités fédérales américaines, qui vont soumettre leurs éléments à un grand jury en vue d'un possible procès pénal.

Digital World Acquisition Corp (DWAC) a indiqué lundi, dans un document déposé auprès du régulateur américain des marchés (SEC), avoir reçu des demandes de documents et précisé que l'ensemble de ses administrateurs avaient également été cités à témoigner devant le grand jury. En droit américain, le grand jury est convoqué après qu'une enquête pénale a réuni suffisamment d'éléments pour que les autorités envisagent des poursuites. Les jurés sont alors réunis en secret et doivent déterminer, en fonction des éléments qui leur sont présentés, si un procès apparaît ou non justifié.

L'enquête est dirigée par le procureur fédéral de Manhattan, Damian Williams, selon le document. Sollicités par l'AFP, ses services n'ont pas donné suite dans l'immédiat.

Introduite en Bourse en septembre, DWAC avait annoncé fin octobre son projet de fusion avec Trump Media & Technology Group (TMTG), le groupe de médias que venait de créer Donald Trump pour porter notamment son nouveau réseau social Truth Social, lancé en février 2022. Mais l'union entre les deux entités tardent à se concrétiser, sans que les sociétés n'aient communiqué sur les raisons de ces délais à rallonge.

Par ailleurs, DWAC avait révélé, début décembre, être l'objet d'une enquête de la SEC sur son activité et les conditions de la fusion.

Dans le document publié lundi, DWAC reconnaît que les enquêtes de la SEC et du parquet fédéral pourraient "retarder" la fusion avec TMTG. Dans un communiqué, TMTG a assuré de sa collaboration avec la SEC, mais n'a pas mentionné l'enquête fédérale. Sollicité par l'AFP, la société n'a pas donné suite dans l'immédiat.

L'opération doit infuser environ 1,25 milliard de dollars dans TMTG. Le titre DWAC réagissait mal à la nouvelle, perdant 9,85 % en début de séance à Wall Street.