Les activités marines du groupe CFE sont désormais cotées en Bourse.

Les activités marines du groupe CFE sont désormais cotées en Bourse.

P.V.C.
Luc Vandenbulcke, CEO du groupe DEME.
Luc Vandenbulcke, CEO du groupe DEME. ©BELGA

Si la séparation des activités distinctes du groupe CFE était déjà actée techniquement, construction et promotion immobilière d’une part, DEME Group d’autre part, ces deux entités sont désormais cotées séparément en Bourse de Bruxelles. Pour les actionnaires distraits de CFE, la surprise a été jeudi de voir leurs actions chuter de plus de 90 %. Mais, en réalité, ils n’ont rien perdu puisque DEME et ses larges activités marines sont cotées à part et pèsent à peu près 90 % de la capitalisation de l’ancien groupe.

Pas de surprise : c’est à quelques pour-cent près, ce qu’avaient estimé les analystes d’ING, qui avaient aussi anticipé le risque de voir une partie des actionnaires de CFE céder leurs titres pour les arbitrer contre des actions DEME, plus attirantes par le potentiel des activités du groupe. En fin de journée, après une séance agitée, CFE perdait 92,22 % à 8,25 euros, DEME prenait 9,38 % à 105 euros.

Là aussi, le scénario était écrit, et CFE a lancé jeudi un programme d’acquisitions d’actions propres qui sera utilisé dans le cadre du plan d’intéressement des cadres, mais qui aura pour effet de renforcer la valorisation de l’action CFE. DEME évolue pour sa part dans un cadre différent, l’infrastructure d’énergie éolienne offshore, l’hydrogène vert, le dragage… Toutes opérations à haute valeur ajoutée. La cotation séparée des deux entreprises devrait augmenter la valeur des actions détenues par les actionnaires existants, dont le holding Ackermans van Haaren.