L’œil du marché : "Bruxelles est sage de se préparer au pire vu la prédilection de Moscou à transformer en arme ses livraisons de gaz"

Les Bourses européennes ouvrent en légère hausse à l'ouverture, avant que l'Union européenne présente son plan pour surmonter la chute des livraisons de gaz russe et à la veille d'annonces très attendues de la Banque centrale européenne.

La Libre Eco avec AFP
L’œil du marché : "Bruxelles est sage de se préparer au pire vu la prédilection de Moscou à transformer en arme ses livraisons de gaz"
©Shutterstock

Les Bourses européennes ont ouvert en hausse mercredi, encouragées par l'espoir de réouverture du gazoduc Nord Stream 1 et les prochaines annonces de mesures de la Banque centrale européenne pour limiter les écarts de taux d'intérêts des dettes d'État.

À 9H20 (8H20 GMT), la

Bourse de Bruxelles

augmentait de 0,60 %, à 3 812,76 points.

De leur côté, la Bourse de Francfort voyait son DAX montait de 0,30 %, à 13 348,29 points, alors que le FTSE-100 à la Bourse de Londres prenait 0,50 %, à 7 332,71 points.

Par ailleurs, la Bourse de Paris était en légère hausse (+0,16%). L'indice vedette CAC 40 prenait 10,53 points, à 6.211,06 point vers 10H20. La veille, il avait terminé en nette hausse de 1,79%, porté par l'espoir de voir l'approvisionnement en gaz de l'Europe via le gazoduc russe Nord Stream 1 reprendre comme prévu jeudi.

Si le président russe Vladimir Poutine a assuré mardi que le géant Gazprom remplirait pleinement ses obligations auprès de ses fournisseurs, les autorités européennes se préparent au mieux à une forte diminution et au pire à un arrêt des livraisons.

Limiter le chauffage de certains bâtiments, reporter la fermeture prévue de centrales nucléaires, inciter les entreprises à réduire leur consommation... L'objectif est de réduire au maximum la demande.

Bruxelles est "sage d'agir en se préparant au pire vu la prédilection de Moscou à transformer en arme ses livraisons en gaz", commente Michael Hewson analyste de CMC Market.

Vers 10H30, le prix du gaz naturel européen de référence, le TTF néerlandais, était en légère hausse (+4,40% à 161,40 euros).

Les marchés entrevoient néanmoins une éclaircie pour l'économie européenne, rassurés par la perspective jeudi de mesures fortes de la Banque centrale européenne (BCE) pour lutter contre l'inflation et limiter l'écart entre les taux d'emprunt obligataires en zone euro.

Cette hypothèse aidait l'euro à se requinquer, après avoir été à la peine face au dollar et être passé à deux reprises sous la barre de la parité la semaine dernière. Vers 10H15, un euro valait 1,0235 dollar (+0,08%).