L'œil du marché : "Il est peu probable que la Fed donne des indications précises"

Les Bourses européennes réagissent ce mercredi matin à une salve de résultats d'entreprises.

La Libre Eco avec Belga
L'œil du marché : "Il est peu probable que la Fed donne des indications précises"
©Shutterstock

La Bourse de Paris progressait de 0,31 % mercredi, une légère avancée qui cache de fortes variations en fonction de l'accueil réservé par les investisseurs aux nombreux résultats d'entreprises. L'indice CAC 40 avançait de 19,30 points à 6.230,75 points vers 10H40. La veille, il avait reculé de 0,42 %.

De nombreuses publications de résultats ont eu lieu en amont de la séance, entraînant de fortes variations de titres à la hausse comme à la baisse pour Worldline, Eurofins, Michelin sur le CAC 40, Elior, Atos pour l'indice élargi SBF 120.

Vers 10H50 (8H50 GMT) le Dax de la Bourse de Francfort augmentait de 0,07 % à 13 106.10 points, le FTSE-100 de la Bourse de Londres grimpait de 0,39 % à 7 334.95 points et le Bel 20 de la Bourse de Bruxelles stagnait presque à -0,03 % à 3 740.31 points.

Aux Etats-Unis, les résultats des mastodontes Alphabet (maison-mère de Google) ou Microsoft après la clôture des marchés mardi soutenaient la tendance des contrats à terme.

Par ailleurs, les investisseurs attendent les conclusions de la réunion de la Réserve fédérale américaine après la clôture européenne.

"L'enjeu est de savoir quand la Fed va mettre un terme à son cycle de durcissement de la politique monétaire", même si désormais, il est "peu probable que la Fed donne des indications précises", selon Christopher Dembik, directeur de la recherche macroéconomie chez Saxo Bank.

Avec l'accélération de l'inflation qui ne cesse de déjouer les anticipations des Banques centrales, celles-ci ont abandonné leur politique de "forward guidance", qui consistait à annoncer bien en amont leurs décisions sur les taux directeurs et leurs interventions sur les marchés.

Le marché du gaz restait par ailleurs très tendu, avec une nouvelle hausse de 11 % du prix du gaz naturel européen sur le marché néerlandais, à 222 euros le mégawattheure. En trois jours, le cours du TTF a pris près de 40 %.

LVMH mitigé

LVMH oscillait autour de l'équilibre (+0,16 % à 626,20 euros), après une ouverture en baisse à la suite de ses résultats, qui ont encore dépassé ceux de l'an passé et les anticipations des analystes. Le numéro un du luxe a accumulé un bénéfice net de 6,5 milliards d'euros sur les six premiers mois de l'année. Dans le secteur, Kering perdait 0,70 % à 521,20 euros, et Hermès prenait 0,34 % à 1.196 euros.

Eurofins et Michelin déçoivent

Eurofins Scientific (-5,11 % à 77,22 euros) et Michelin (-4,94 % à 26,57 euros) dévissaient après leurs résultats, les analystes pointant pour l'un une baisse de la dynamique dans les activités hors Covid-19 et pour l'autre des résultats inférieurs au consensus.

Worldline: à qui perd gagne

La perte de 42 millions d'euros publiée par Worldline au premier semestre n'a pas ému les investisseurs qui s'attendaient à pire. Le titre flambait même de 14,09 % à 41,76 euros. La " forte" croissance organique du chiffre d'affaires ainsi que "la prise de participation du fonds activiste Eliott dans Paypal" a lancé cette dynamique, selon Laurent Legrin, responsable obligation convertible de Degroof Petercam AM. Toutefois, le cours est encore inférieur de moitié à son plus haut observé en juillet 2021.

Fiançailles contrariées pour TF1 et M6

Les groupes de télévision TF1 et M6 chutaient, après qu'une instance de l'Autorité de la concurrence s'est dite défavorable à la fusion entre les deux entreprises. Le rapport pointe des "problèmes de concurrence significatifs", notamment dans la publicité télévisuelle, selon le président du directoire du groupe M6, Nicolas de Tavernost.

TF1 reculait de 4,26 % à 6,29 euros et M6 de 6,79 % à 13,05 euros.

Atos, Elior et Valeo rebondissent un peu

Atos (+6,33 % à 10,56 euros), Elior (+17,55 % à 2,45 euros), Valeo (+2,28 % à 19,74 euros) étaient salués après leurs résultats, même si le cours de toutes ces entreprises est en nette baisse depuis le début de l'année, respectivement de 72 %, 61 % et 26 %.

La tendance était inversée pour Klepierre, en recul de 3,95 % à 20,43 euros après ses résultats, mais en hausse de 5,98 % depuis le début de l'année.