Les Bourses européennes amplifient leurs gains et prennent autour de 2%

Les Bourses européennes accéléraient et grimpaient d'environ 2% vendredi, tirées par les résultats d'entreprises et les modifications d'allocations de fin de mois.

La Libre Eco avec AFP
Les Bourses européennes amplifient leurs gains et prennent autour de 2%
©Shutterstock

Paris grimpait de 2,08% à 6.466,99 points, Milan de 2,49%, Francfort de 1,72% et Londres de 1% vers 14H05 GMT. Depuis le début du mois, Milan et Francfort gagnent autour de 5,5% et Paris plus de 9%, sa meilleure performance depuis novembre 2020.

"Les investisseurs célèbrent avec un enthousiasme excessif les résultats qui ne sont pas aussi terribles qu'on le craignait ou qui offrent des lueurs d'espoir sur les perspectives", commente Craig Erlam, analyste d'Oanda, qui note toutefois que les publications, tout en n'étant pas extrêmement mauvaises, n'ont pas non plus été extrêmement bonnes.

Jeudi, Wall Street avait progressé, estimant que le ralentissement de l'économie américaine serait modéré et surtout que la banque centrale américaine (Fed) ne serait pas trop sévère sur les taux d'intérêt.

L'indice PCE, l'un des indicateurs de l'inflation et celui privilégié par la Fed, est ressorti en accélération en juin, à +6,8% sur un an. Par rapport à mai, les prix ont augmenté de 1%.

Les marchés européens ont été un peu rassurés par les dernières statistiques concernant la santé de l'économie de la zone euro.

La croissance de la zone euro a atteint 0,7% au deuxième trimestre, nettement mieux que prévu, tandis que l'inflation a battu un nouveau record en juillet, à 8,9% sur un an.

L'étau que forment l'inflation et le risque de récession "constitue un énorme défi pour la Banque centrale européenne (BCE) qui a déjà relevé ses taux de 50 points de base. Il est peu probable qu'elle parvienne en l'état à rassurer les marchés sur l'inflation dont la pression continue de se faire sentir", souligne Michael Hewson, analyste à CMC Markets.

L'euro cédait 0,31% face au dollar à 1,0169 dollar vers 14H00 GMT.

La Tech à la fête

Les deux géants américains de la Tech Amazon et Apple gagnaient respectivement 10,70% et 3,13% à Wall Street. Ils ont annoncé jeudi, après la clôture, des ventes meilleures que prévu dans un secteur particulièrement sensible aux craintes de récession.

A Paris, Capgemini gagnait 7,94% après des résultats meilleurs qu'attendu.

Mais Intel chutait de 9,62%, tombé dans le rouge au deuxième trimestre.

Les banques font les comptes

Plusieurs banques européennes ont rapporté une progression de leurs bénéfices au deuxième trimestre et étaient saluées par les investisseurs, notamment la britannique NatWest (+8,09%), les espagnoles BBVA (+5,04%) et CaixaBank (-0,17%). La banque française BNP Paribas (+2,87%) et l'italienne Mediobanca (+1,69%) ont même fait état de résultats record.

L'action d'Intesa Sanpaolo montait de 1,28% à Milan, malgré une chute de 22,1% du bénéfice net de la première banque italienne, plombée par des dépréciations de créances dues à son exposition à la Russie et à l'Ukraine.

Hydrocarbures en vert

Dans un secteur dopé par la flambée des cours du gaz et du pétrole, attisée par la guerre en Ukraine, le géant italien des hydrocarbures Eni a multiplié son bénéfice net par 15 au deuxième trimestre. Le titre prenait 5,75% vers 13H55 GMT. Son compatriote Enel prenait 3,22%.

Le géant américain ExxonMobil, qui a annoncé un triplement de son bénéfice net au deuxième trimestre, gagnait 2,82% et Chevron 5,51%, grâce à son bénéfice de plus de 11 milliards de dollars.

Les prix du pétrole étaient en hausse, dans un marché où l'offre reste tendue.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre avançait de 2,72% à 110,05 dollars, vers 13H55 GMT.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison le même mois prenait 3,50%, à 99,70 dollars.