Wall Street indécise à l'ouverture, le secteur de la technologie tirant le marché à la baisse

La Bourse de New York évoluait hésitante à l'ouverture ce mardi.

La Libre Eco avec AFP
Wall Street indécise à l'ouverture, le secteur de la technologie tirant le marché à la baisse
©Shutterstock

La Bourse de New York évoluait, hésitante, en repli après l'ouverture mardi, le secteur de la technologie, particulièrement les semi-conducteurs, tirant le marché à la baisse. L'indice Dow Jones cédait 0,10 % et le S&P 500 0,45 % tandis que le Nasdaq plongeait de 1,37 %.

Au cours d'échanges peu fournis lundi, l'indice Dow Jones avait grappillé 0,09 % à 32.832,54 points, le Nasdaq avait cédé 0,10 % à 12.644,46 points et le S&P 500 0,12 % à 4.140,06 points.

"Des avertissements pessimistes de la part des fabricants de semi-conducteurs pèsent sur la technologie" à l'ouverture, notaient les analystes de Wells Fargo alors que les investisseurs étaient également dans l'expectative sur l'inflation.

Mercredi, le ministère américain du Travail doit publier l'indice des prix à la consommation pour juillet et celui des prix à la production jeudi, qui pourraient donner le ton de l'attitude à venir de la Réserve fédérale (Fed). "Le marché est dans l'hésitation avant le rapport de l'indice des prix à la consommation de mercredi, qui façonnera les opinions sur l'inflation et la réponse politique potentielle", résumait Patrick O'Hare de Briefing.com.

Les projections des analystes misent sur un ralentissement de la hausse des prix à +0,2 % sur le mois contre +1,3 % en juin et 9,1 % sur un an, ce qui pourrait enfin suggérer que l'inflation a atteint un pic. Sur le marché obligataire, les rendements sur les bons du Trésor se tendaient pourtant à 2,80 % pour les taux à dix ans contre 2,75 % la veille.

Mardi le Nasdaq était plombé par les sombres perspectives divulguées par Micron Technology (-2,40 %) qui a prévenu que ses revenus trimestriels pourraient s'inscrire en dessous de ses prévisions.

Le groupe prévoit une baisse de la demande de mémoires de la part de ses clients du fait des incertitudes économiques tandis que les difficultés d'approvisionnement qui continuent bouleversent la gestion des stocks des entreprises.

Dans le même temps, le fabricant américain de mémoires et de semi-conducteurs basé à Boise (Idaho) a annoncé le projet d'investir 40 milliards de dollars dans des usines aux Etats-Unis d'ici 2030. Ces investissements font partie d'un plan déjà annoncé l'année dernière par l'entreprise de 150 milliards de financements dans le monde. Ces annonces interviennent alors que le président Joe Biden va signer mardi la loi "Chips" ("puces") destinée à fournir des subventions pour relancer la production de semi-conducteurs aux Etats-Unis en débloquant une cinquantaine de milliards de dollars.

A la cote

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, subissait aussi le contre-coup des mauvaises perspectives de Nvidia, un autre fabricant de semi-conducteurs spécialisé dans les cartes graphiques notamment. Nvidia a averti la veille que son deuxième trimestre allait subir un "ralentissement significatif du côté des jeux video".

Un autre acteur majeur des jeux video, l'éditeur américain Take-Two Interactive (Grand Theft Auto), qui au début de l'année a racheté au prix fort le développeur de jeux pour mobiles Zynga, flanchait nettement (-4,58 %) après avoir annoncé des résultats bien en dessous des prévisions pour son premier trimestre.

Une grosse moitié des onze secteurs du S&P étaient dans le rouge, avec à la traîne, les dépenses de consommation discrétionnaires (-1,75 %) et les technologies de l'information (-1,30 %).

Le secteur de l'énergie, lui, caracolait en tête (+2,32 %) alors que les cours du pétrole, qui avaient démarré en baisse, repartaient à la hausse sur la nouvelle que les livraisons de pétrole russe via l'Ukraine étaient interrompues. Chevron, ExxonMobil gagnaient plus de 2 %.

Le titre du développeur d'un vaccin contre le Covid-19, Novavax, coté sur le Nasdaq, chutait de 30 % à 39,66 dollars. Le groupe a annoncé lundi après la clôture, des perspectives de chiffre d'affaires fortement réduites our 2022 en raison d'une demande décevante pour son vaccin.

Novavax a accusé une perte de 510 millions de dollars au deuxième trimestre, contre un déficit de 352 millions de dollars un an avant.