Wall Street démarre dans le vert, le S&P 500 au beau fixe

La Bourse de New York ouvrait dans le vert vendredi, le S&P 500 étant en piste pour une quatrième semaine

La Libre Eco avec AFP
Wall Street démarre dans le vert, le S&P 500 au beau fixe
©Shutterstock

La Bourse de New York évoluait dans le vert vendredi, tirée par la technologie, le Nasdaq et le S&P 500 étant en piste pour une quatrième semaine consécutive de hausse.

Vers 14H30 GMT, le Dow Jones avançait de 0,29 %, le Nasdaq de 0,79 % et le S&P 500 de 0,62 %.

La veille après des prises de profits qui avaient suivi un solide bond des indices mercredi avec le tassement de l'inflation, le Dow Jones avait grappillé 0,08 % à 33.336,67 points.

Le Nasdaq, à dominante technologique, avait reculé de 0,58 % à 12.779,91 points et le S&P 500 avait cédé 0,07 % à 4.207,27 points.

"Nous arrivons à un point où nous atteignons probablement plusieurs sommets, celui de l'inflation, celui du sentiment belliciste de la Fed et celui du pessimisme", résumait Art Hogan de B. Riley Wealth."Il y a davantage de meilleurs nouvelles devant nous qu'il y en a de mauvaises et nous supposons que le rebond actuel du marché a encore de la marge", assurait l'analyste.

Les indices ont surtout été portés cette semaine par les bonnes nouvelles relatives à l'inflation alors que les prix à la consommation pour juillet aux Etats-Unis ont augmenté de 8,5 % sur un an contre 9,1 % le mois d'avant, suggérant le passage d'un pic.

Cela a soulagé Wall Street qui espère que la Réserve fédérale (Fed) sera moins sévère sur les taux d'intérêt à l'avenir.

La prochaine réunion monétaire de la banque centrale est prévue le 21 septembre, et il y aura encore la publication de l'indice CPI d'ici là, mais déjà les investisseurs tablent sur une hausse d'un demi-point de pourcentage plutôt que trois quarts de point (0,75 %), comme les deux dernières fois.

Certains membres de la Fed ont toutefois modéré l'enthousiasme en rappelant, comme Mary Daly de la Fed de San Francisco jeudi, qu'un tour de vis de 75 points de base restait sur la table.

Le moral des ménages s'améliore

Autre bonne nouvelle publiée vendredi, l'indice de confiance des consommateurs de l'Université du Michigan s'est affiché bien meilleur que prévu en août à 55,1 points contre 51,5 points en juillet, émergeant de ses plus bas historiques touchés en juin.

Le dollar reprenait de la vigueur, le dollar index qui mesure le billet vert par rapport à un panier de plusieurs monnaies, gagnant 0,63 % vers 14H00 GMT tandis que l'euro perdait 0,52% à 1,0266 dollar.

A la cote, Disney continuait d'être recherché (+2,57 %) après l'annonce de solides résultats, un bond de nouveaux abonnés à Disney + et l'annonce de nouvelles offres de streaming, soit plus chères, soit avec de la publicité. Ses concurrents Netflix (+1,60 %) et Roku (+1,95 %) suivaient.

Les méga-capitalisations de la tech tiraient le Nasdaq comme Alphabet (+1,29 %), Tesla (+1,14 %), Apple (+1,18 %).

Même Rivian, le constructeur américain de véhicules électriques qui a pourtant accusé des pertes abyssales au deuxième trimestre, à 1,7 milliard de dollars, et qui prévoit que ses finances empirent encore cette année, voyait son titre grimper de 3 %.

Cinq importants groupes chinois, dont les pétroliers Sinopec et PetroChina ainsi qu'un poids lourd de l'aluminium Chalco, cotés via des certificats américains de dépôt à Wall Street, ont annoncé se retirer bientôt de la bourse new-yorkaise en raison des règles de transparence exigées par le gendarme américain de la bourse, la SEC.