Les investisseurs belges ont perdu plus de 30 milliards d'euros entre mars et juin 2022

Les dernières données de la Banque nationale de Belgique sont sans appel.

Les dernières données de la Banque nationale de Belgique (BNB) brossent un tableau peu réjouissant : en trois mois, les investisseurs particuliers belges ont perdu 30,4 milliards d'euros.
Les dernières données de la Banque nationale de Belgique (BNB) brossent un tableau peu réjouissant : en trois mois, les investisseurs particuliers belges ont perdu 30,4 milliards d'euros. ©Shutterstock

Le chiffre est impressionnant : -30,6 milliards d’euros. C’est la perte encourue par les investisseurs belges entre fin mars et juin 2022. Ce chiffre, évaluée par la Banque nationale de Belgique, ne tombe cependant pas du ciel. Une série de facteurs concomitants ont fait peur aux marchés. Il y a d’abord, quoi qu’on en dise, les problèmes de distorsion entre l’offre et la demande sur les marchés, en raison de ruptures dans les chaînes d’approvisionnement, qui ont provoqué une envolé des prix. Elle a contribué à alimenter la spirale inflationniste déjà enclenchée en 2021. Les prix de l’énergie, pour les raisons que l’on connaît (guerre en Ukraine), ont également joué un rôle moteur dans l’alignement de taux d’inflation sans cesse plus élevés

Corollairement, les taux d’intérêt ont logiquement pris de la hauteur. L’action des banques centrales est allée dans le sens d’un durcissement progressif, alimentant une remontée des taux à long terme. Ce qui n’a pas manqué de faire baisser aussi la valeur sous-jacente des titres obligataires. Les primes de risque augmentant, les investisseurs ont progressivement abandonné les marchés ou pris leurs bénéfices. Cela étant, dans un contexte macroéconomique peu réjouissant, avec des révisions à la baisse régulières des projections de PIB aux quatre coins du monde ou presque, les grandes entreprises cotées semblent elles avoir plutôt bien résisté jusqu’ici. C’est ce qui explique sans doute pourquoi la chute n’a pas été plus spectaculaire encore.