"Il faudrait plus de bonnes nouvelles sur le front du gaz européen pour permettre à l'euro de remonter"

L'euro perd du terrain avant la fermeture de Nord Stream.

La Libre Eco avec AFP
L'euro peine à regagner du terrain face au billet vert.
L'euro peine à regagner du terrain face au billet vert. ©Shutterstock

L'euro perdait mercredi ses gains de la veille, repassant sous le seuil de la parité au dollar alors que la fermeture prévue du gazoduc Nord Stream ravive les inquiétudes qui pèsent sur l'économie européenne.

Vers 09H10 GMT (11H10 à Paris), l'euro cédait 0,28% à 0,9986 dollar.

Requinqué depuis quelques séances par la détermination affichée de plusieurs membres de la Banque centrale européenne (BCE) à resserrer la politique monétaire pour lutter contre l'inflation, l'euro peine cependant à regagner du terrain face au billet vert.

"Il faudrait plus de bonnes nouvelles sur le front du gaz européen pour permettre à l'euro de remonter", commente Francesco Pesole, analyste chez ING.

Inflation et arrêt des livraisons de gaz russe

La flambée récente des prix du gaz a conduit l'inflation en zone euro à un nouveau record en août, à 9,1% sur un an. Et mercredi débute une interruption de trois jours des livraisons de gaz russe via le gazoduc Nord Stream pour des travaux de maintenance.

"Les réserves de gaz européennes ont progressé mieux que prévu, et les efforts se multiplient pour économiser l'énergie et diminuer la consommation avant l'hiver. Mais une coupure durable de l'offre russe en Europe est une vraie possibilité, qui pourrait aggraver la récession à venir", prévient Mark Haefele, analyste chez UBS. "Nous voyons plus de gains pour le dollar avec une Fed (Réserve fédérale américaine) agressive, des prix de l'énergie élevés, et une reprise moins rapide de l'économie chinoise", commente-t-il.

L'activité manufacturière en Chine s'est de nouveau contractée en août, à un rythme toutefois moins prononcé qu'attendu, les restrictions anti-Covid et la canicule ayant pesé sur l'économie, selon des chiffres officiels publiés mercredi.

"Dans l'ensemble, les données du PMI suggèrent que les difficultés de l'économie chinoise ont persisté en août, et nous ne voyons rien qui indique que la situation va s'améliorer en septembre", juge Craig Botham, analyste chez Pantheon Macroeconomics.