La Banque centrale européenne va augmenter ses taux d'intérêt, mais de combien ?

Il est certain que les taux d'intérêt seront encore relevés, dans le but de freiner l'inflation galopante dans la zone euro.

La Libre Eco avec Belga
La Banque centrale européenne va augmenter ses taux d'intérêt, mais de combien ?
©Shutterstock

Ce jeudi, la Banque centrale européenne (BCE) se réunira à nouveau pour une décision sur les taux d'intérêt. Il est certain que les taux d'intérêt seront encore relevés, afin de freiner l'inflation galopante dans la zone euro. Mais la question clé est de savoir quelle sera l'ampleur de la hausse des taux d'intérêt. Une forte intervention (+75 points de base) était déjà attendue, mais la veille de la décision, le doute revient.

Sur les marchés financiers, cette attente est désormais quelque peu tempérée, indique mercredi l'agence de presse financière Bloomberg. Une hausse des taux d'intérêt rendrait les emprunts plus coûteux et réduirait donc la demande. Cela devrait refroidir l'économie et les prix européens. L'inflation dans la zone euro a augmenté en août pour atteindre 9,1 %, alors que la BCE vise une inflation d'environ 2 %.

Un virage

Après des années de baisse des taux d'intérêt - voire de taux de dépôt négatifs pour les banques qui ont parqué leur argent à la BCE - la banque centrale a pris un virage cet été. En juillet, la première hausse des taux d'intérêt (+50 points de base) en onze ans a été annoncée. Le taux d'intérêt de pénalité que les banques devaient payer a été supprimé.

Cette intervention n'ayant pas encore ralenti l'inflation, une nouvelle hausse des taux est attendue demain/jeudi. Cependant, alors qu'initialement la "plus forte augmentation depuis 1999" était prise en compte, à savoir 75 points de base, mercredi, de nouveaux doutes ont été émis. Une forte augmentation risque de peser encore plus sur l'économie de la zone euro, qui pourrait se diriger vers la récession.

Selon Bloomberg, 65 % des marchés financiers envisagent toujours une hausse de 75 points de base des taux d'intérêt. La semaine dernière, ce pourcentage était encore supérieur à 80 %. Il y a la crise énergétique, avec la Russie qui adopte une attitude de plus en plus dure. En outre, les commandes des usines en Allemagne ont diminué pendant six mois consécutifs, ce qui accroît les craintes d'une récession dans la zone euro.

Le taux d'intérêt à deux ans de l'Allemagne - traditionnellement le plus sensible aux décisions relatives aux taux d'intérêt - est également passé sous la barre des 1 % mercredi.