Wall Street ouvre en baisse, attentiste et obnubilée par la Fed

"On s'oriente vers un reflux après la forte hausse de mercredi", commente un analyste.

La Libre Eco avec AFP
Wall Street ouvre en baisse, attentiste et obnubilée par la Fed
©Shutterstock

La Bourse de New York a ouvert en baisse jeudi, au lendemain d'un rebond, toujours orientée par la posture ferme de la banque centrale américaine (Fed), illustrée par de nouvelles déclarations de son président, Jerome Powell. Vers 15H55 GMT, le Dow Jones cédait 0,36%, l'indice Nasdaq abandonnait 0,10%, et l'indice élargi S&P 500 reculait de 0,25%.

"On s'oriente vers un reflux après la forte hausse d'hier" (mercredi), a commenté Peter Cardillo, de Spartan Capital. Le marché manquait également de nouvelles pour conserver son élan et revenait à une position de "prudence", selon l'analyste, les indices pâtissant également de quelques prises de bénéfices.

Le S&P 500 reste sur six séances de baisse en huit journées de Bourse et a perdu près de 9% depuis son sommet de l'été, mi-août.

"Tout était réuni hier pour un rebond, à l'exception du secteur de l'énergie", a relevé Patrick O'Hare, de Briefing.com. "C'est un peu moins le cas aujourd'hui."

"Il y a un manque de conviction et une propension à l'attentisme", a expliqué l'analyste, dans une note.

Peu d'indicateurs majeurs sont attendus d'ici à la publication, mardi prochain, de l'indice des prix CPI pour août, qui renseignera sur la trajectoire de l'inflation, laquelle avait montré des signes d'accalmie en juillet.

Jeudi, les nouvelles inscriptions au chômage ont affiché une nouvelle baisse aux Etats-Unis, à 222.000 demandeurs d'emploi, assez sensiblement en deçà des 235.000 attendus par les économistes.

"Rien ne suggère dans ces données que l'économie (américaine) décélère davantage, et encore moins l'arrivée d'une récession", a commenté Ian Shpherdson, de Pantheon Macroeconomics.

Alors que la Banque centrale européenne (BCE) a relevé jeudi son taux directeur de 0,75 point de pourcentage, une première, les opérateurs sont plus que jamais convaincus que la Réserve fédérale (Fed) en fera de même lors de sa prochaine réunion des 21 et 22 septembre.

Ils attribuent à cette option une probabilité de 84%, selon le modèle de la Bourse américaine CME, basé sur les contrats à terme.

L'hypothèse centrale des investisseurs est celle d'un relèvement total de 1,50 point de pourcentage d'ici à la fin de l'année, pour porter le taux directeur à une fourchette de 3,75% à 4,00%, avant une pause en 2023.

Avertissements de la Fed

Lors d'un échange organisé jeudi par le centre de réflexion Cato Institute, le président de la Fed, Jerome Powell, a mis en garde contre une "détente prématurée" des taux de la banque centrale, qui pourrait empêcher de juguler l'inflation, priorité de l'institution.

La Fed doit agir "fortement" contre l'inflation pour ne pas répéter les scénarios des années 1980, a prévenu le responsable.

Sur le marché obligataire, un décalage se faisait entre les taux courts, en hausse, et les rendements sur les échéances plus longues, qui se détendaient.

Le taux des emprunts d'Etat américains à trois mois s'installait au-dessus de 3%, après une première incursion mercredi au-dessus de ce seuil, une première depuis 14 ans. Le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans se contractait légèrement, à 3,24%, contre 3,26% la veille.

A la cote, chouchou de nombreux investisseurs individuels, la chaîne de magasins de jeux vidéos GameStop grimpait en flèche (+2,52% à 24,65 dollars), malgré un chiffre d'affaires trimestriel en baisse et une perte supérieure à celle de l'an dernier à la même époque. Le groupe a également annoncé un partenariat avec la plateforme de cryptomonnaies FTX.

Le véhicule coté Digital World Acquisition Copr (DWAC), qui doit fusionner avec le groupe de médias Trump Media and Technology Group (TMTG) de l'ancien président des Etats-Unis, reculait avant une journée décisive (-1,11% à 22,81 dollars).

Les actionnaires sont appelés à valider le report de la date limite de fusion, faute de quoi DWAC pourrait se dissoudre et priver Donald Trump d'une injection d'argent frais.

Le fabriquant de piles à hydrogènes Plug Power était salué (+2,15% à 28,06 dollars) après l'annonce d'une commande importante du français Lhyfe, pour dix électrolyseurs d'une capacité totale de 50 mégawatts.