Un regain d'optimisme permettait à Wall Street d'ouvrir à la hausse

Un vent d'optimisme poussait les marchés boursiers vers le haut.

La Libre Eco avec AFP
Un regain d'optimisme permettait à Wall Street d'ouvrir à la hausse
©Shutterstock

La Bourse de New York a ouvert en hausse, portée par un élan technique amorcé la semaine dernière et l'espoir de la confirmation, mardi, d'une décélération de l'inflation aux Etats-Unis. Vers 14H15 GMT, le Dow Jones gagnait 0,85 %, l'indice Nasdaq prenait 1,09 %, et l'indice élargi S&P 500, 1,05 %.

Après être descendu, il y a une semaine, à son plus bas niveau en près de deux mois, le S&P 500 reste sur trois séances de hausse d'affilée et avait clôturé vendredi au-dessus d'un seuil technique important, la moyenne sur les 50 derniers jours de Bourse."Il y a un élan technique sur le marché", a commenté, dans une note, Patrick O'Hare, de Briefing.com, "et on espère qu'il y aura bientôt un élément de soutien côté fondamentaux après la publication de l'indice CPI pour août", attendue mardi.

En juillet, cet indice était ressorti inchangé par rapport au mois précédent, après avoir grimpé de 1,0 % et 1,3 % respectivement en mai et juin, et en hausse de 8,5 % sur un an contre 9,1 % en juin."Certains indicateurs suggèrent que le CPI a encore ralenti en août", a expliqué Jack Ablin de Cresset Capital, citant la baisse du prix de l'essence, la stabilisation des salaires et une accalmie dans le secteur de l'alimentation. "Donc les investisseurs sont confiants dans le fait que l'inflation a atteint un sommet en juin et que le taux va continuer à ralentir."

Les économistes s'attendent à un léger recul de 0,1 % par rapport à juillet et à une progression de 8,0 % sur un an.

Cette impression largement partagée n'a cependant pas modifié les prévisions des investisseurs quant à la prochaine réunion de la banque centrale américaine (Fed), avec une probabilité de 88 % attribuée à une hausse de 0,75 point de pourcentage du taux directeur de la Réserve fédérale, la troisième d'affilée. En revanche, Wall Street table désormais sur une baisse de ce taux au second semestre 2023, bien que plusieurs responsables de la Fed aient averti qu'ils voyaient les taux rester élevés à moyen terme.

Le vent d'optimisme quant à la trajectoire de l'inflation et des taux avec, en ligne de mire, un possible atterrissage en douceur de l'économie américaine, soufflait aussi sur le marché obligataire.

Le rendement des emprunts d'Etats américains à 10 ans se détendait à 3,28 %, contre 3,30 % vendredi. Le taux à trois mois, lui, inscrivait un nouveau sommet de 14 ans, à 3,03 %, signe de l'anticipation d'un maintien du durcissement monétaire à court terme.

Apple et son iPhone décollent

La semaine démarrait sur les chapeaux de roues pour le laboratoire Bristol Myers Squibb (+5,66 % à 74,13 dollars) après l'autorisation par l'agence de régulation des médicaments, la Food and Drug Administration (FDA), de mise sur le marché de son médicament Sotyktu contre le psoriasis.

Twitter reculait (de 1,68 % à 41,48 dollars) à l'orée d'une semaine importante qui verra l'ancien chef de la sécurité informatique de l'entreprise auditionné par la commission des Affaires judiciaires du Sénat américain mardi. Le même jour, se tiendra une assemblée générale extraordinaire pour valider le rachat de la plateforme par Elon Musk, une opération auquel l'entrepeneur a officiellement renoncé et qui fera l'objet d'un procès en octobre.

Disney avançait (+1,31 % à 116,69 dollars) alors que le fondateur de la société d'investissement Third Point, Daniel Loeb, a expliqué dimanche qu'il renonçait à réclamer au groupe la scission avec sa filiale d'information et de télévision dédiée au sport ESPN. L'investisseur avait indiqué, mi-août, avoir acheté pour un milliard de dollars de titres Disney.

Les géants cotés du rail montaient après l'annonce d'accords avec trois syndicats supplémentaires d'employés du fret sur une nouvelle convention collective. La date limite pour la fin des négociations est fixée à vendredi. Deux syndicats ne parviennent toujours pas à s'entendre avec les compagnies, ce qui fait poindre le risque d'une grève qui perturberait gravement l'organisation logistique aux Etats-Unis et l'économie américaine. En attendant l'échéance, Union Pacific (+1,07 %), Canadian National (+2,59 %) et CSX (+0,81 %) prenaient de la vitesse.

Après n'avoir bénéficié qu'à la marge de la présentation d'une série de nouveaux produits, en particulier l'iPhone 14, Apple prenait le large lundi (+2,87% à 161,88 dollars), en tête des géants technologiques.