"Et nous avons finalisé !" : la blockchain ethereum a réussi sa mutation

Binance, la plus grande plateforme mondiale d'échange de cryptomonnaies, a annoncé de son côté sur Twitter qu'elle reprenait les échanges sur Ether.

La Libre Eco avec AFP
"Et nous avons finalisé !" : la blockchain ethereum a réussi sa mutation
©Shutterstock

La blockchain Ethereum, la plus importante dans le monde des cryptomonnaies après celle utilisée pour les bitcoins, a réussi la mutation technique qui doit la rendre plus efficace et moins consommatrice d'énergie, selon les principaux acteurs de l'opération jeudi.

"Et nous avons finalisé !" a tweeté jeudi matin Vitalik Buterin, cofondateur et figure tutélaire de cette blockchain. "Tous ceux qui ont contribué à réussir le Merge ('fusion', le nom technique de la mutation, NdlR) peuvent se sentir très fiers aujourd'hui".

Le "Merge" consiste à changer le mode de validation des opérations sur la blockchain ("chaine de bloc") Ethereum, un immense registre informatique infalsifiable qui sert de socle à des milliards de dollars d'opérations.

Lire aussi : "Cela pourrait entraîner une concentration non souhaitable des richesses": l'ethereum 2.0, une vraie révolution crypto ?

L'ether, la cryptomonnaie directement liée à Ethereum, ne représente qu'environ 20 % de la valeur totale des monnaies virtuelles existantes, en deuxième position derrière le bitcoin (40 %).

Mais Ethereum possède un champ d'applications beaucoup plus vaste que son concurrent, car elle sert de support à de multiples usages, comme la production de NFT (certificats numériques), de jeux et d'applications. La communauté derrière cette blockchain, menée par Vitalik Buterin, a décidé d'effectuer une mue vers un système moins consommateur d'énergie.

Une opération risquée, qui a été comparée par certains au remplacement d'un moteur diesel par un moteur électrique sur un véhicule en marche, mais qui semble s'être parfaitement déroulée.

Les unes après les autres, les grandes plateformes mondiales d'échange de cryptomonnaies - Binance, Coinbase, Bitfinex, Bitpanda ....- qui avaient suspendu les échanges reposant sur Ethereum pendant l'opération, ont annoncé qu'elles reprenaient leurs opérations, signe de leur confiance.

"Personne n'a déclenché d'alerte"

Et le cours de l'ether restait stable à la mi-journée, en légère baisse autour de 1.595 euros pour 1 ether.

"A priori tout s'est bien passé, personne n'a déclenché d'alerte" dans le petit monde des cryptomonnaies, qui communique en temps réel sur les réseaux sociaux, a expliqué à l'AFP Manuel Valente, de la plateforme française Coinhouse.

Lire aussi : La Russie peut-elle utiliser les cryptomonnaies pour contourner les sanctions ? "La blockchain ne serait pas un si bon calcul"

"Les applications de finance décentralisée", qui permettent d'emprunter et de prêter des cryptomonnaies et qui sont le fer de lance d'Ethereum, "fonctionnent correctement", a-t-il ajouté.

La réussite de l'opération conforte Ethereum dans sa place centrale au côté de Bitcoin dans le monde de la cryptomonnaie et du web3, cette nouvelle ère d'un internet davantage décentralisée et fondée sur la blockchain.

"En supposant qu'aucun problème majeur n'apparaisse" sur la nouvelle Ethereum, "on peut s'attendre à une augmentation de l'activité de cette blockchain", a déclaré à l'AFP Charlie Erith, directeur du fonds d'investissement en cryptoactifs ByteTree AM.

Charlie Erith s'attend à ce que la part de marché de l'ether par rapport au bitcoin s'accroisse "dans les prochains mois et les prochaines années", après une période d'attentisme.

Le passage à un mode de fonctionnement beaucoup moins coûteux en électricité - une économie de 99 % est attendue - ne peut qu'attirer l'attention des investisseurs, "et ne peut que désamorcer l'hostilité" de certaines autorités publiques, a-t-il estimé.

"La part du marché d'Ether pourrait toucher 25 % d'ici la fin de l'année et 30 % à la fin de l'année prochaine", a confirmé Edouard Hindi, directeur des investissements du fonds Tyr Capital basé à Genève.

L'un des points à surveiller dans les prochaines semaines est l'attitude des anciens "mineurs" d'Ethereum, les anciens validateurs dont les puissants ordinateurs sont désormais inutiles, du fait du changement de protocole de validation de la blockchain.

Une petite minorité d'entre eux a décidé de continuer à travailler selon l'ancienne manière, dédoublant de facto le "grand livre" sur lesquelles toutes les transactions sont inscrites depuis l'origine.

Ce type de schisme s'est déjà produit dans le monde des cryptomonnaies. Si un tel événement, encore hypothétique, ne remettrait pas en cause la crédibilité globale du nouvel Ethereum, il l'affaiblirait dans sa quête pour s'imposer complètement face à toutes ses rivales en train d'émerger.

Lire aussi : Comment les prix de l'énergie influencent les cryptomonnaies : "Miner en Europe n'est pas du tout rentable"