Les conditions de marché sont "délicates" à gérer pour les investisseurs

Les Bourses européennes sont en hausse à l'ouverture, à la faveur d'un rebond technique après cinq séances de baisse consécutive au premier jour de la réunion de la banque centrale américaine.

La Libre Eco avec AFP
Du point de vue de la Banque centrale américaine, "l'inflation reste trop élevée et l'heure est au resserrement" et "à la fermeté".
Du point de vue de la Banque centrale américaine, "l'inflation reste trop élevée et l'heure est au resserrement" et "à la fermeté". ©Shutterstock

Les Bourses européennes ont ouvert dans le vert mardi, profitant de l'élan initié par Wall Street la veille, même si les investisseurs attendent surtout la fin de la réunion de la Banque centrale américaine pour confirmer ce mouvement. Paris, gagnait 0,38%, Francfort 0,36%. Fermée lundi en raison des funérailles de la reine d'Angleterre Elisabeth II, la Bourse de Londres prenait 0,63%.

Après avoir regagné jusqu'à 1% mardi matin, l'indice Bel 20 à la Bourse de Bruxelles devait repartir à la baisse, à l'instar de ses voisins européens qui se retrouvaient partagés vers onze heures, notre indice de référence cédant alors 0,2% à 3.574 points. Seize de ses éléments étaient teintés de rouge, immobilières en tête avec des chutes de 6 et 3,8% en WDP (26,96) et VGP (120,40), Aedifica (87,35) et Cofinimmo (94,25) reculant de 2,7 et 2,3%.

Lundi, Wall Street a terminé en hausse, avec des gains autour de 0,7%, les investisseurs profitant d'une chasse aux bonnes affaires après les lourdes pertes de la semaine passée. L'indice élargi S&P 500 a inversé son mouvement baissier après avoir flirté avec son plancher de vendredi, qui correspondait à un plus bas de deux mois.

La banque centrale américaine débute mardi sa réunion de deux jours, à l'issue de laquelle elle va procéder à une nouvelle forte hausse de son taux directeur pour lutter contre l'inflation. Les analystes s'accordent globalement pour une troisième hausse de 75 points de base consécutive, même si certains envisagent même 100 points de base.

>> Lire aussi : Investir en Bourse à petit prix : l'app financière Plum débarque en Belgique

Du point de vue de la Banque centrale américaine, "l'inflation reste trop élevée et l'heure est au resserrement" et "à la fermeté" à quelques semaines des élections de mi-mandat, résume Thomas Costerg, économiste de Pictet.

Ces conditions de marché sont "délicates" à gérer pour les investisseurs, appuie Christopher Dembik, directeur de la recherche macroéconomie chez Saxo Bank. "Cela va réduire les flux de liquidité qui vont entrer dans l'économie et sur les marchés financiers", provoquant des "difficultés de refinancement" pour des entreprises, souligne-t-il.