La livre et l'euro perdent à nouveau du terrain face au dollar américain

Après quelques jours de mieux, la tendance s'inverse à nouveau pour les devises britannique et européenne.

La Libre Eco avec Belga
La livre et l'euro perdent à nouveau du terrain face au dollar américain
©Shutterstock

La livre piquait du nez par rapport au dollar, cessant de rebondir comme au début de la semaine dans un marché repris par l'aversion au risque avant des données sur l'emploi américain. La devise britannique perdait 1,10 % à 1,1350 dollar vers 13h10, après une intervention de la Première ministre Liz Truss, qui n'a pas détaillé les points majeurs de ses mesures budgétaires controversées. Celles-ci avaient fait plonger la semaine dernière la livre à son plus bas historique face au billet vert.

Le début de la semaine avait été marqué par des concessions du gouvernement, qui avaient participé au rebond de la monnaie britannique.

Mais le marché reste focalisé sur l'état de l'emploi américain : la Réserve fédérale américaine (Fed) pourrait voir dans des données moins solides aux Etats-Unis le signal que ses hausses de taux pèsent trop sur l'activité économique. Résultat, de bons chiffres sur l'emploi seraient paradoxalement vus comme un signe négatif pour le marché américain puisqu'elles pousseraient la Fed à continuer à monter ses taux rapidement, tandis qu'un affaiblissement profiterait aux Bourses et pèserait sur le dollar.

Avant les données officielles sur le chômage américain vendredi, les investisseurs se pencheront en début d'après-midi européen sur l'enquête ADP des créations d'emplois dans le secteur privé pour septembre aux Etats-Unis.

"Ceci dit, cette théorie (de hausses moins rapides des taux de la Fed) semble déjà perdre du terrain" avec la hausse du dollar de mercredi, remarque Jane Foley, analyste chez Rabobank. Elle souligne que des responsables de la Fed se sont montrés mardi plus déterminés que jamais à remonter leurs taux pour enrayer l'inflation. Et selon Mme Foley, "même s'il est clair que la zone euro va passer un hiver difficile, l'euro n'a pas complètement intégré le choc des prix de l'énergie et le fait qu'il pourrait durer plusieurs années".

L'euro, qui avait aussi rebondi par rapport au dollar sur les dernières séances, perdait 0,65% à 0,9921 dollar.