Les actions chinoises dégringolent à Wall Street

Les indices de la Bourse de New York étaient hésitants à l'ouverture, même si la tendance était clairement dans le rouge pour les valeurs chinoises.

NEW YORK, NEW YORK - OCTOBER 18: Traders work on the floor of the New York Stock exchange during morning trading on October 18, 2022 in New York City. The stock market opened on an upswing with the Dow Jones gaining over 600 points, the S&P 500 jumping 2.20% and the Nasdaq Composite with a gain of 2.6% adding to the gains that began on Monday.   Michael M. Santiago/Getty Images/AFP
A l'ouverture, les indices sont hésitants. ©2022 Getty Images

La Bourse de New York cherchait une direction à l'ouverture, tentant de capitaliser sur la belle séance de vendredi, des résultats de sociétés plutôt satisfaisants et l'espoir d'une décélération du resserrement monétaire de la banque centrale américaine (Fed) en fin d'année.

Vers 14H15 GMT, le Dow Jones gagnait 0,81 %, l'indice Nasdaq cédait 0,78 % et l'indice élargi S&P 500 progressait de 0,30 %.

"Le marché cherche à confirmer le virage de la semaine dernière et il va avoir beaucoup à intégrer cette semaine pour déterminer dans quelle direction il veut aller", a expliqué Patrick O'Hare, de Briefing.com, dans une note.

Une pluie de résultats est attendue cette semaine avec, en vedette, le secteur technologique, avec Alphabet et Microsoft mardi, suivi par Apple et Amazon jeudi. Au total, plus de 1 500 sociétés cotées à Wall Street doivent publier leurs comptes trimestriels d'ici vendredi.

"Les investisseurs déplacent leur attention sur les résultats", a expliqué Art Hogan, de B. Riley Wealth Management, "et font une pause bienvenue sur la macroéconomie. On va se concentrer davantage sur les chiffres d'activité (des entreprises) plutôt que sur la politique monétaire et à quel point les choses se détériorent" pour l'économie mondiale, selon l'analyste.

Anxiété à l'approche d'une nouvelle réunion de la Fed

A l'approche de la réunion du Comité de politique monétaire, les 1er et 2 novembre, les membres de la Fed ne peuvent plus s'exprimer publiquement jusqu'au rassemblement.

Les commentaires de plusieurs banquiers centraux avaient beaucoup pesé sur le marché la semaine dernière, beaucoup voyant dans les déclarations les plus récentes le signal d'une prochaine décélération du resserrement monétaire à partir de décembre.

L'impression a été renforcée vendredi par un article du journaliste du Wall Street Journal Nick Timiraos, qui a annoncé, avec exactitude, les décisions de la Fed lors des trois dernières réunions, à chaque fois plusieurs jours avant l'échéance.

Selon lui, l'institution s'apprête à relever une nouvelle fois son taux directeur de 0,75 point de pourcentage, ce qui serait la quatrième d'affilée, mais devrait débattre d'un possible ralentissement du rythme pour décembre et sa réunion suivante.

"Ce n'est pas nécessairement un pivot, mais une accalmie et je pense que les marchés voient ça comme un élément positif à mesure qu'on s'approche de la fin du cycle" de resserrement monétaire, selon Art Hogan.

Les taux obligataires se stabilisaient après avoir connu des mouvements brutaux ces dernières semaines. Le rendement des emprunts d'Etat américains à 10 ans ressortait à 4,24 %, contre 4,21 % vendredi.

Les actions chinoises en chute libre

A la cote, Twitter (+2,69 % à 51,23 dollars) abordait en hausse une semaine décisive pour la plateforme.

La juge du Delaware en charge du contentieux avec Elon Musk a donné à l'entrepreneur jusqu'à vendredi soir pour finaliser l'acquisition du réseau social. "Nous continuons à penser que la transaction va se faire cette semaine", avaient écrit vendredi les analystes de Wedbush Securities.

Signe que les investisseurs favorisent l'hypothèse d'une finalisation du rachat, le cours du groupe à l'oiseau bleu est désormais proche du prix proposé par Elon Musk, soit 54,20 dollars l'action.

En revanche, Tesla reculait nettement (-6,64 % à 200,20 dollars). Certains investisseurs et analystes s'inquiètent de la possible cession de nouveaux titres par Elon Musk, directeur général du constructeur de véhicules électriques, ainsi que d'éventuelles interférences du dossier Twitter dans la gestion du groupe.

Avant la vague de résultats annoncée à partir de mardi, les valeurs technologiques marquaient le pas. Meta (-2,95 %), le spécialiste des cartes graphiques Nvidia (-2,69 %) ou AMD (-3,17 %) étaient en berne.

Les sociétés chinoises cotées à Wall Street se repliaient fortement après le renouvellement du mandat du président chinois Xi Jinping, dimanche. Alibaba dévissait de 18,32 % à 58,96 dollars, tandis que JD.com (-20,00 %) et Pinduoduo (-33,46 %) plongeaient également. Même trajectoire pour Yum China (-12,34 %), qui contrôle les enseignes KFC, Taco Bell et Pizza Hut en Chine.