Le dollar recule... mais le marché de l'emploi sera le facteur décisif

Le dollar cède 0,33% à 112,55 points. L'euro prend 0,34% à 0,9782 dollar.

FILE - Cash is fanned out from a wallet in North Andover, Mass., June 15, 2018. The U.S. economy grew faster than expected in the July-September 2022 quarter, the government reported Thursday, Oct. 27, 2022, underscoring that the United States is not in a recession despite distressingly high inflation and interest rate hikes by the Federal Reserve. But the economy is hardly in the clear. (AP Photo/Elise Amendola, File)
©Copyright 2018 The Associated Press. All rights reserved.

Le dollar marquait le pas vendredi à quelques heures des données sur l'emploi américain après avoir été galvanisé par la volonté de la Réserve fédérale (Fed) d'augmenter encore ses taux. Vers 10H20 GMT (11H20 à Paris), le Dollar index, qui compare le billet vert à un panier d'autres grandes devises, cédait 0,33% à 112,55 points. L'euro prenait 0,34% à 0,9782 dollar.

La veille, la monnaie américaine avait profité de paris d'investisseurs sur une Fed plus agressive plus longtemps face à l'inflation que les autres grandes banques centrales.

Une récession aurait déjà débuté en Angleterre

Les inquiétudes qui planent notamment sur l'Europe ont été illustrées jeudi par la Banque d'Angleterre (BoE), qui a prévenu qu'une récession avait selon elle déjà débuté dans le pays, et que si elle relevait ses taux aussi haut que le marché l'attendait, cela durerait jusqu'à mi-2024.

"L'attention des investisseurs passe désormais au rapport d'octobre sur l'emploi américain, qui sera publié en milieu de séance" européenne, commente Victoria Scholar, analyste chez interactive investor.

Le rapport du 10 novembre sera décisif

De fortes créations d'emplois conforteraient l'idée que la Fed a de la marge pour relever ses taux sans trop peser sur l'économie américaine.

Le rapport est "moins important que dans les derniers mois, le patron de la Fed Jerome Powell a indiqué qu'une économie plus faible ne suffirait pas à lui faire changer son fusil d'épaule", nuance Stephen Innes, analyste chez SPI AM. "Le rapport sur l'inflation attendu le 10 novembre sera plus important", juge-t-il.