Le chaos économique annonce-t-il un retour vers la normalité ?

Une année placée sous le signe de la stupéfaction.

Isabelle de Laminne
2019 commence très mal pour le BEL20
©Fanny Le Guellec

Pour sa dernière Table Ronde du Palmarès des Sicav de l’année, La Libre a reçu quatre économistes. Vincent Juvyns, Global market Strategist chez J.P. Morgan Asset Management, Bernard Keppenne, Chief economist chez CBC Banque et Assurance, Philippe Ledent, Senior Economist chez ING Belgique et Wim Vermeir, Chief Investment Officer chez AG Insurance ont ainsi partagé leurs vues sur la situation économique et les marchés à l’aube de 2023. Dès le 24 février 2022, c’est la stupéfaction qui a prévalu. Après une année 2021 qui s’achevait sur des espoirs de reprise, l’invasion de l’Ukraine par la Russie a rebattu les cartes.

La sphère économique et financière a été frappée par un élément exogène qui a entraîné une forte inflation, une baisse du pouvoir d’achat, la hausse des taux d’intérêt et une chute de tous les avoirs financiers. La décorrélation entre les différents actifs n’était plus de mise. Mais si l’on regarde ces événements chaotiques sous un autre angle, on constate que certains éléments démontrent un retour à la normalité. Des taux d’intérêt négatifs, ce n’était pas normal, pas plus d’ailleurs que des prix de l’énergie bas depuis 2014 et une inflation en dessous de 2 %. Avec la fin des politiques accommodantes des banques centrales, les taux d’intérêt retrouvent des niveaux normaux. Quant à l’inflation, elle ne devrait pas rester structurellement si haute. Les quatre intervenants estiment que l’on pourrait assister à son reflux à moyen terme. Elle ne redescendra cependant pas au niveau que nous avons connu ces dernières années.

Il va donc falloir se réhabituer à vivre avec de l’inflation. C’est aussi le moment d’enclencher (enfin !) des plans en matière de transition énergétique. Finalement, l’effet prix a été plus fort que toutes les campagnes de sensibilisation qui avaient été déployées pour développer cette transition. Après une période de turbulence, une certaine forme de normalité s’établit donc. Pour l’avenir, l’Union européenne devra encore prouver sa capacité à fédérer ses États membres pour construire l’Union de demain. Ces pays devront aussi rendre des comptes sur l’état de leurs finances publiques avec des dépenses qui ont surtout servi de soutien sans financer des investissements vraiment productifs.

Dossier Palmarès des Sicav: