Les Bourses européennes ouvrent en baisse, la Chine inquiète

Qu’est-ce qui attire les investisseurs vers les marchés boursiers ?
©Reporters / EUREKA

Les Bourses européennes ont ouvert en baisse lundi, les investisseurs se montrant moins optimistes sur la réouverture de la Chine après le premier mort annoncé du Covid-19 en Chine depuis mai.

Londres reculait de 0,30%, Paris de 0,29% et Francfrort de 0,25% à l'ouverture. Le dollar se renforçait sur le marché des devises face à l'euro et la livre, un autre signe de la prudence des acteurs de marché.

En Asie, l'indice Hang Seng de Hong Kong a fini en baisse de 1,87%, après avoir perdu près de 3,5% en début de séance. Shanghai a reculé de 0,39%, tandis que Tokyo a terminé en légère hausse (+0,16%).

Le Covid perturbe les marchés

Dimanche, la Chine a annoncé son premier mort du Covid-19 depuis mai, un homme de 87 ans résidant à Pékin, où la hausse du nombre de cas entraîne progressivement des fermetures d'établissements et commerces.

La recrudescence du nombre d'infections en Chine douche les espoirs d'un assouplissement prochain de la stricte politique sanitaire du pays, où confinements locaux, quarantaines et dépistages continuent d'être imposés à grande échelle. "Les investisseurs se demandent si la hausse des cas de Covid-19 en Chine ne pourrait pas pousser le gouvernement chinois à ralentir le processus de réouverture de son économie", alors que cet espoir a contribué aux puissants rebonds des indices depuis fin septembre, résume John Plassard, spécialiste de l'investissement chez Mirabaud.

Signes de cette prudence, les valeurs refuges étaient recherchées. Les taux d'intérêt des États sur le marché obligataire baissaient et le dollar reprenait de la vigueur face aux autres monnaies.

L'euro reculait de 0,65% à 1,0258 dollar et la livre de 0,58% à 1,1821 dollar vers 08H20 GMT. Les taux de la dette des États restaient stables.

Le pétrole encore orienté à la baisse

Comme depuis plusieurs séances, les cours du pétrole, désormais proches de leur plus bas de janvier, reculaient en raison des "craintes sur la demande chinoise", selon les analystes de la Deutsche Bank. Le baril de Brent de Mer du Nord pour livraison janvier 2023 cédait 0,66% à 87,03 dollars, après avoir déjà perdu plus de 11% en 10 jours. Le WTI américain pour livraison décembre 2022 valait 79,80 dollars, en baisse de 0,35% vers 08H15 GMT.

Le prix du gaz naturel européen restait stable à 115 euros le mégawattheure sur le marché de référence néerlandais.