L'action du Credit Suisse dégringole : un niveau historiquement bas

Après les scandales et restructurations du Credit Suisse, la banque peine à regagner la confiance des investisseurs.

credit suisse belga image.jpg
©BELGA

L'action Credit Suisse touche un nouveau point bas historique vendredi à la Bourse suisse après la publication des détails de son augmentation de capital sur fond d'inquiétudes concernant les retraits de capitaux de la part de ses clients.

A 14H11 GMT, le titre chutait de 4,90%, enfonçant un nouveau plancher à 3,377 francs suisses, à contre-tendance du SMI, l'indice de référence de la Bourse suisse, qui s'appréciait de 0,01%.

L'action a perdu 60% de sa valeur depuis le début de l'année et plus de 73% depuis la faillite en mars 2021 de la société financière britannique Greensill qui avait marqué le début d'une longue série de scandales.

Augmentation du capital et modification de l'actionnariat

Jeudi, après la clôture de la Bourse, le numéro deux du secteur bancaire helvétique a publié les détails de son augmentation de capital.

Comme convenu, la Banque nationale saoudienne va prendre une participation de 9,9% lors de cette augmentation de capital en deux volets qui doit lui permettre de lever environ 4 milliards de francs suisses (4 milliards d'euros) pour financer ses projets de restructuration.

Approuvée mercredi par ses actionnaires, cette augmentation de capital va toutefois se faire légèrement en dessous du prix de référence. Il avait été fixé à 4,07 francs suisses pour le premier volet de l'augmentation de capital. Les investisseurs ont convenu d'un prix de souscription de 3,82 francs suisses par titre, soit "94% du prix de référence", a détaillé la banque dans un communiqué.

Mercredi, le titre avait essuyé des nouvelles secousses en Bourse avant son assemblée générale en raison d'un avertissement sur ses résultats du quatrième trimestre.

Credit Suisse cumule les pertes

Credit Suisse, qui a déjà cumulé les pertes sur les trois premiers trimestres de l'exercice 2022, a dit s'attendre à une perte allant jusqu'à 1,5 milliard de francs au dernier trimestre face aux frais de restructuration et à une baisse d'activité sur le marché de capitaux qui affecte les banques d'affaires.

Mais la banque a aussi fait état de retraits importants de capitaux de la part de ses clients, y compris dans la gestion de fortune, une des activités sur lesquelles elle veut se recentrer.

"Stupéfait"

Andreas Venditti, analyste chez Vontobel, s'est dit "stupéfait" par l'ampleur de ces retraits "massifs" de capitaux. Ils représentent environ 10% des actifs sous gestion au troisième trimestre dans la gestion de fortune, soit "63 milliards de francs, a calculé l'analyste, "en juste six semaines", a-t-il souligné dans un commentaire de marché.

La banque doit "de toute urgence" enrayer ces retraits de capitaux, avertit l'analyste qui s'attend à ce que la situation reste difficile "pour un certain temps".