L'euro grimpe et les Bourses européennes aussi

Les Bourses européennes commencent la semaine dans le vert.

Bourse de Bruxelles, Euronext

Les bourses mondiales progressaient lundi et l'euro touchait son plus haut en neuf mois face au dollar, profitant des dernières déclarations jugées accommodantes de responsables de Fed, avant une avalanche de résultats d'entreprises et d'indicateurs économiques.

Les marchés européens ont ouvert en légère hausse: vers 08H20 GMT, Paris gagnait 0,20%, Francfort 0,43%, Londres 0,20%, Milan 0,08%.

En Asie, Tokyo a pris 1,33%, aidé par ses valeurs technologiques. Les bourses de Chine continentale seront fermées toute la semaine et Hong Kong jusqu'à mercredi en raison des congés du Nouvel An.

Vendredi, Wall Street a fini en forte hausse, notamment les valeurs technologiques avec le Nasdaq qui a progressé de 2,86%.

"Un pivot significatif"

"Les marchés financiers semblent être de plus en plus convaincus que les banques centrales sont sur le point d'opérer un pivot significatif de leur politique monétaire dans le courant de l'année", et notamment de la Réserve fédérale américaine (Fed), écrit Michael Hewson, de CMC Markets.

Juste avant la période de silence qui précède la réunion du 31 janvier et 1er février, un des responsables de la Fed, Christopher Jan Waller, a assuré que, au vu de "l'excellente nouvelle" du ralentissement de l'inflation, "il [lui] apparaît qu'il est désormais temps de ralentir (...) le rythme" de hausses des taux.

Ce ralentissement, considéré comme acquis par le marché, pénalisait le dollar, notamment face à l'euro, porté par le ton toujours sans concession de plusieurs gouverneurs de la Banque centrale européenne.

L'euro est monté jusqu'à 1,0927 dollar à 07H03 GMT, son plus haut niveau depuis avril 2022 et tournait autour des 1,0900 dollar (+0,41%) vers 08H15 GMT. La livre montait de 0,12% à 1,2430 dollar.

Sur le marché obligataire, les taux souverains restaient stables en Europe et aux Etats-Unis.

Les investisseurs n'auront pas le temps de s'ennuyer avant la réunion de la Fed. Les indicateurs avancés d'activité PMI sont notamment attendus mardi en zone euro et aux Etats-Unis, où figurent également à l'agenda la croissance du quatrième trimestre et l'indicateur d'inflation favori de la Fed, le PCE.

Les résultats d'entreprises vont aussi se multiplier, avec par exemple American Express, Boeing et Microsoft aux Etats-Unis, ASML, SAP ou LVMH en Europe. En France, le numéro un mondial du luxe et plus grosse capitalisation européenne LVMH donnera le coup d'envoi des résultats annuels sur le CAC 40 jeudi après la clôture.

Alstom donnera son chiffre d'affaires du troisième trimestre mercredi avant l'ouverture.

La tech japonaise suit Wall Street

Certaines valeurs technologiques japonaises ont particulièrement profité du bond du Nasdaq en fin de semaine dernière. Dans le domaine des semi-conducteurs, Tokyo Electron a gagné lundi 2,51%, Screen Holdings 2,16% et Advantest 2,22%.

Symrise deçoit

L'entreprise spécialisée dans la composition de parfums pour les cosmétiques et l'agroalimentaire Symrise chutait de plus de 7,70% dans les premiers échanges à Francfort, après la publication de ses résultats, les investisseurs retenant notamment l'objectif non atteint sur ses marges.

National Express sur de bons rails

L'opérateur d'autocars, de bus et de transport ferroviaire britannique National Express grimpait de 5,45% à la Bourse de Londres peu après l'ouverture après avoir annoncé avoir remporté un contrat à un milliard d'euros sur dix ans pour exploiter deux lignes ferroviaires en Allemagne.

Du côté de l'énergie

Les prix du pétrole, qui se sont repris les deux dernières semaines, étaient en légère baisse: le baril de WTI américain pour mars, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence valait 81,54 dollars (-0,12%) et le Brent de mer du Nord à mêmes échéances 87,46 dollars (-0,19%) vers 08H10 GMT.

Le tarif du gaz naturel européen baissait de 1,79% à 65,70 euros le mégawattheure.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...