L'indice vedette de Wall Street a notamment été plombé par le recul de Salesforce (-5,37%), qui envisage, selon le Wall Street Journal, de racheter la messagerie d'entreprises Slack, dont l'action a bondi de près de 38%.

Le Nasdaq, porté par plusieurs de ses géants technologiques dont Amazon (+2,15%) et Apple (+0,75%), est monté de 0,48% à 12.094,40 points.

L'indice élargi S&P 500 a cédé 0,16% à 3.629,65 points.

Avant Thanksgiving, jour férié aux Etats-Unis, "le marché a semblé faire une pause à la suite de la récente hausse qui a permis au Dow de dépasser les 30.000 points pour la première fois", notent les analystes de Charles Schwab.

"Une grande partie de l'élan des dernières séances était venu de l'optimisme au sujet d'un vaccin contre le coronavirus ainsi que de la levée d'incertitudes concernant l'administration du président élu Joe Biden", ajoutent-ils.

Mercredi, les investisseurs ont pris connaissance d'une série d'indicateurs contrastés pour l'économie américaine.

Les demandes d'allocations-chômage ont augmenté pour la deuxième semaine consécutive aux Etats-Unis, un signal que la reprise économique est quasiment à l'arrêt, affectée notamment par les nouvelles restrictions imposées face à la résurgence du Covid-19.

Les revenus des ménages américains ont eux reculé en octobre en raison de l'expiration de certaines aides qui avaient été mises en place au printemps pour faire face à la pandémie.

En revanche, les commandes de biens durables ont augmenté bien plus que prévu en octobre, largement tirées par le secteur de la défense.

Par ailleurs, la Réserve fédérale a publié en cours de séance les minutes de sa dernière réunion de politique monétaire.

Inquiète du ralentissement économique causé par la pandémie et de l'absence d'un nouveau plan de relance, la Fed a promis de revoir "assez rapidement" ses rachats d'actifs pour soutenir l'économie.