Le titre AB InBev a plongé en Bourse, à l’issue de la publication de ses résultats du troisième trimestre. L’action du premier brasseur mondial a terminé la séance de vendredi sur une baisse de 11,07 % à 73,68 euros.
Si les résultats trimestriels sont en dessous des attentes, ce sont surtout les prévisions pour l’année complète qui ont déçu le marché. “AB InBev a annoncé une croissance modérée pour l’année, alors que le marché anticipait jusqu’alors une progression de 7 %”, nous explique Fernand de Boer, analyse chez Degroof Petercam.
Le premier brasseur mondial a continué à souffrir aux États-Unis, son premier marché, où il a encore perdu des parts de marché. Mais ce sont surtout les performances en Chine qui ont déçu. Le géant de la bière a vu ses résultats croître de 11 % seulement sur le marché chinois, contre une croissance de 24 % au deuxième trimestre. Le canal de vente “vie nocturne” a particulièrement souffert en Chine, reconnaît le premier brasseur du monde.

La Budweiser visée en Chine ?


La Budweiser, marque américaine par excellence, souffrirait-elle de la guerre commerciale sino-américaine ? “Selon AB InBev, les difficultés de la Budweiser n’ont rien à voir avec le fait qu’il s’agit d’une marque américaine, répond Fernand de Boer. Mais il est très difficile de se faire une opinion à ce sujet”.
Le politique du gouvernement chinois, visant à fermer des boîtes de nuit et des bars karaoké, est aussi évoquée comme une explication à cette faiblesse du canal de vente “vie nocturne”.
En Corée du Sud et aux Brésil, le premier brasseur mondial a également écoulé moins de bière. Les hausses de prix intervenues sur ces marchés ont érodé la capacité des consommateurs à s’offrir du jus de houblon.
Avec cette chute en Bourse, le géant de la bière a perdu quasiment 19 milliards d’euros de capitalisation. Le titre affiche cependant une belle progression depuis le début de l’année, puisqu’il valait encore 57,47 euros le 2 janvier.