Placements & Marchés

Le titre Apple plonge après un avertissement sur résultats publié mercredi soir. Apple n’est plus que la quatrième capitalisation boursière américaine, derrière Microsoft, Amazon et Alphabet. Tim Cook pointe la responsabilité de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine.

Le géant américain Apple a semé la panique sur les marchés boursiers, ce jeudi. Mercredi soir, après la fermeture de la Bourse américaine, Tim Cook, le CEO d’Apple, a publié un avertissement sur résultats à l’attention des investisseurs. Dans la foulée, le titre perdait presque 9 % à 144 dollars, en cours de séance à la Bourse de New York. Suite à cette nouvelle chute, Apple n’est plus que la quatrième capitalisation boursière américaine, derrière Microsoft, Amazon et Alphabet.

Pour la première fois en presque vingt ans, le fabricant de l’iPhone a revu à la baisse ses prévisions trimestrielles. Il s’agit plus précisément des ventes d’Apple pour le compte du premier trimestre de son exercice (un premier trimestre qui s’étale sur les mois d’octobre, novembre et décembre 2018).

Selon Tim Cook, le chiffre d’affaires d’Apple ne sera “que” de 84 milliards de dollars au cours de ce premier trimestre décalé. Jusqu’à présent, le géant américain tablait sur des revenus compris entre 89 et 93 milliards de dollars. En outre, selon Bloomberg, c’est la première fois depuis l’arrivée de Tim Cook à la tête d’Apple, en 2011, que le géant à la pomme va enregistrer une baisse de ses ventes par rapport au même trimestre de l’année précédente. Un an auparavant, Apple avait atteint un chiffre d’affaires de 89 milliards de dollars, soit cinq milliards de dollars de plus.

Plusieurs éléments expliquent ces piètres résultats (à l’échelle d’Apple). Citons les ventes décevantes de l’iPhone XS, le tout dernier smartphone “pommé” sorti en septembre 2018. Tim Cook reconnaît que les ventes (upgrades dans son langage) de l’iPhone XS sont moins importantes qu’anticipé. Et quand on sait que l’iPhone représente deux tiers du chiffre d’affaires total d’Apple, on peut se douter que des ventes en berne peuvent avoir une influence très négative sur les résultats.

Cook met la pression sur Trump ?

En outre, Tim Cook a pointé le ralentissement économique de la Chine comme un autre facteur expliquant la révision à la baisse des résultats du groupe. “L’économie chinoise a commencé à ralentir dans la deuxième moitié de 2018”, explique le CEO. “Ensuite, nous pensons que l’environnement économique chinois a encore été davantage pénalisé par les tensions commerciales croissantes avec les États-Unis”.

Tim Cook s’en prend donc directement à la stratégie du président des États-Unis, qui a lancé cette guerre commerciale contre la Chine. Certains médias américains estiment d’ailleurs que le timing de la publication de l’avertissement sur résultats d’Apple n’est pas anodin. La semaine prochaine, des officiels de l’administration Trump se rendront à Pékin pour négocier avec leurs homologues chinois dans le cadre de ce dossier. L’avertissement sur résultats d’Apple pourrait donc constituer une pression supplémentaire obligeant l’administration Trump à assouplir sa position vis-à-vis de la Chine.

Un autre élément pointé par Tim Cook est l’impact de la guerre commerciale sino-américaine sur la chaîne d’approvisionnement d’Apple. En effet, certains fournisseurs d’Apple ont des difficultés à livrer leurs composants.

Selon Frank Vranken, Chief Strategist chez Puilaetco Dewaay Private Bankers, cet épisode montre que Donald Trump a peut-être sous-estimé l’impact sur les entreprises américaines des mesures prises à l’encontre de la Chine.

Selon lui, il faudra être très attentif à la saison des résultats des entreprises qui débutera prochainement. “Si d’autres grandes sociétés comme Apple devaient publier un avertissement sur résultats, les analystes couperont dans leurs prévisions de bénéfices”, explique-t-il.

En conséquence, les actions considérées actuellement comme bon marché pourraient se renchérir. “Ce qui entraînerait des nouvelles pertes en Bourse”, explique Frank Vranken. Or l’année 2018 a déjà été marquée par de grosses pertes, que ce soit aux États-Unis ou en Europe.