L'indice Dow Jones a avancé de 0,58%, passant pour la première fois au-dessus des 33.000 points, à 33.015,37 points.

Le Nasdaq, qui avait évolué dans le rouge en séance, s'est redressé de 0,40% à 13.525,20 points.

Le S&P 500 a atteint un nouveau record à 3.974,12 points (+0,29%).

Au terme d'une réunion de son Comité monétaire, la Banque centrale américaine a laissé ses taux d'intérêt et ses achats d'actifs inchangés tout en affichant des prévisions plus optimistes pour la croissance aux Etats-Unis.

La Fed a révisé en hausse sa projection de croissance pour l'économie américaine pour 2021 qui passe de 4,2% à 6,5%. L'inflation aussi devrait accélérer à 2,4% cette année, avant de revenir autour de 2% les années suivantes.

Les prévisions médianes des membres de la Fed ne projettent pas de relèvement des taux jusqu'en 2023 pour l'instant. Le président Jerome Powell a martelé que la Fed s'engageait à soutenir l'économie "aussi longtemps que nécessaire" et serait "patiemment accommodante".

"Le plus important, c'est que Jerome Powell a dit que la Fed n'allait pas agir préventivement pour éviter l'inflation", soulignait Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services.

"La Fed ne montera donc pas ses taux avant d'avoir des preuves sur la table qu'il y a de l'inflation", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse.

Les rendements sur les bons du Trésor à 10 ans qui ont grimpé ces dernières semaines sur les craintes d'une surchauffe de l'économie dopée par les vaccinations et les chèques de relance, ont fait un peu marche arrière mercredi à 1,64% après avoir atteint 1,68% plus tôt en séance.

Sur le plan des données économiques, les mises en chantiers de logements neufs ont chuté plus que prévu en février (-10,3%), à cause notamment d'une vague de froid extrême le mois dernier. Les analystes ont souligné que les demandes de prêts immobiliers et de refinancement ont reculé dans un contexte de hausse des taux d'intérêt sur les marchés.

Uber a perdu 4,23% après que le groupe de location de voitures avec chauffeur a octroyé à ses chauffeurs en Grande-Bretagne le statut de travailleur salarié.

Disney a gagné 0,51% après avoir confirmé que ses parcs d'attraction rouvriraient le 30 avril en Californie.