La Bourse de New York fléchissait en début de séance, juste après que la Banque centrale (Fed) a annoncé aux banques qu'elle levait une mesure temporaire d'assouplissement de leurs capitaux requis, prise pendant la pandémie pour soutenir l'activité.

Une heure après l'ouverture, le Dow Jones perdait 0,74 %, l'indice Nasdaq, qui avait accusé sa plus forte chute en trois semaines la veille, lâchait 0,26 % et le S&P 500 abandonnait 0,50 %.

Jeudi, le Nasdaq, qui concentre les valeurs technologiques sensibles aux craintes d'inflation et au resserrement des conditions financières, avait plongé de 3,02 % à 13.116,17 points. L'indice des valeurs vedette Dow Jones avait lâché 0,46 % à 32.862,30 points et le S&P 500 avait abandonné 1,48 % à 3.915,46 points.

Avant l'ouverture, les contrats à terme étaient dans le vert, tentant de rebondir après la mauvaise séance de jeudi, mais les indices ont piqué du nez lorsque la Fed a annoncé qu'elle levait une mesure bancaire (SLR) prise pendant la pandémie qui avait assoupli temporairement les règles de capitaux requis dans les banques.

"Juste avant que le marché ouvre, la Fed a dit qu'elle n'étendait pas la règle qui permettait aux banques d'assouplir leurs niveaux de capital", a indiqué Peter Cardillo de Spartan Securities.

Les valeurs financières ont immédiatement plongé, le secteur bancaire du S&P 500 accusant un repli de 1,63 % à 14H00 GMT. Bank of America perdait 2,68 %, Wells Fargo 3 %, Goldman Sachs 1,79 %. Même si cette mesure d'assouplissement des niveaux requis de capitaux était temporaire, les banques souhaitaient qu'elle soit prolongée.

"Nous sortons de la pandémie et les choses doivent revenir à la normale et c'est plus dur", a commenté Peter Cardillo.

Hausse accélérée du dollar

Le dollar a accéléré sa hausse après la décision de la Fed et, surtout, les taux obligataires qui semblaient s'assagir sont repartis à la hausse, au-dessus de 1,74 % à l'ouverture. Ces rendements sur les bons du Trésor à 10 ans remontaient à des niveaux proches de leur plus haut en 14 mois.

La séance promettait de rester volatile en l'absence d'indicateurs macro-économiques et alors que plusieurs contrats sur des produits financiers expirent en cette journée trimestrielle dite des Quatre Sorcières.

FedEx gagnait presque 6 % après avoir annoncé de bons résultats jeudi soir avec un chiffre d'affaires trimestriel en hausse de 23 % pour le transporteur express, porté par l'envolée du commerce en ligne.

Nike perdait 4 % après des résultats trimestriels mitigés la veille en raison notamment de stocks bloqués par la congestion des ports américains.