Voici notre sélection d'analyses de courtiers du jour pour AB Inbev, Elia, Deceuninck.

Deceuninck (-1,1% à 1,385 euros) a subi deux baisses d’objectif sur la séance de lundi, de 2 vers 1,7 euro chez KBC Securities et de 2,05 vers 1,4 euro chez Degroof Petercam, les deux maisons confirmant leur recommandation à « conserver ». Cette révision est la conséquence de la suppression du dividende, en raison de l’impact sur l’activité de la crise du coronavirus. « Cette décision ne constitue pas une surprise majeure, tandis que la direction a pris des mesures pour augmenter la flexibilité de sa base de coûts », souligne Degroof Petercam.

AB Inbev (-2,4% à 39,03 euros) a vu ses objectifs descendre à deux reprises chez les courtiers internationaux afin de refléter l’impact du COVID-19 sur le brasseur belge, de 87 vers 57 euros chez Sanford Bernstein (« surperformance ») et de 55 vers 52 euros chez RBC Capital Markets (« surperformance »). Dans le même temps, Barclays Capital a remonté sa recommandation de « sous-pondérer » vers « neutre » avec un objectif fixé à 48 euros. « Nous pensons que le marché a aujourd’hui intégré le pire scénario possible dans ses attentes, avec un risque baissier qui est désormais limité ».

Elia (-6,9% à 81,4 euros) a été remonté de « conserver » vers « acheter » chez Kepler Cheuvreux, l’objectif grimpant de 90 vers 95 euros. L’analyste souligne que le groupe devrait être peu affecté par la crise actuelle. « Le positionnement sur deux marchés du core européen (Belgique, Allemagne) constitue un facteur rassurant dans ces temps de fortes incertitudes, avec une décote qui est désormais importante par rapport à la valeur des actifs ».