A Hong Kong, l'indice Hang Seng a ainsi progressé de 0,36% à 26.451,54 points.

L'indice composite de Shanghai a grimpé de 0,44% à 3.377,73 points et celui de Shenzhen est monté de 0,6% à 2.289,51 points.

A Tokyo, l'indice Nikkei a en revanche clôturé sur un troisième recul consécutif, avant un week-end prolongé de trois jours au Japon et sur fond d'inquiétudes persistantes liées à la résurgence de la pandémie dans le pays.

Le Nikkei a perdu 0,42% à 25.527,37 points, lâchant un peu plus (0,56%) sur l'ensemble de la semaine écoulée après de très forts gains début novembre. L'indice élargi Topix a stagné vendredi (+0,06% à 1.727,39 points).

Comme ces derniers jours, le marché tokyoïte a subi une pression à la baisse à cause de la recrudescence du coronavirus au Japon, où des nombres record de nouveaux cas quotidiens ont été atteints dernièrement.

Tokyo, où plus de 500 nouveaux cas ont été recensés pour un deuxième jour d'affilée, est en état d'alerte maximale depuis jeudi.

La stratégie des autorités japonaises face au Covid-19 n'implique cependant pas de restrictions obligatoires, reposant au lieu de ça sur la responsabilité de chacun et le poids de la pression sociale, d'où un impact sur l'activité économique limité par rapport à d'autres pays.

Du côté des devises et du pétrole

Le dollar valait 103,83 yens vers 08H50 GMT, en légère progression par rapport à jeudi 21H00 GMT (103,74 yens).

La monnaie japonaise était relativement stable vis-à-vis de l'euro, lequel se négociait pour 123,23 yens contre 123,19 yens la veille.

L'euro valait 1,1871 dollar, contre 1,1875 dollar jeudi à 21H00 GMT.

Le marché du pétrole faiblissait encore un peu: vers 08H50 GMT le prix du baril de brut américain WTI cédait 0,31% à 41,69 dollars et celui du baril de Brent de la mer du Nord perdait 0,23% à 44,24 dollars.