Placements & Marchés

La journée de lundi a été compliquée pour les places boursières européennes qui, malgré une ouverture dans le vert, ont tous fini la séance en négatif.

Le rebond enregistré lundi matin par le BEL 20 et ses voisins européens s'est rapidement amenuisé au fil de la journée, ceux-ci se présentant partagés peu avant la clôture.

  • Notre indice vedette a clôturé dans la rouge (-0,77%) à 3.507,31 points avec 14 de ses éléments dans en négatif.

La Bourse de Paris a fini en léger repli lundi (-0,33%), prudente face aux tensions grandissantes à Hong Kong et à l'incertitude politique en Italie, dans un contexte lancinant de guerre commerciale sino-américaine.

  • L'indice CAC 40 a cédé 17,61 points pour terminer à 5.310,31 points, dans un volume d'échanges de 2,45 milliards d'euros. Vendredi, il avait perdu 1,11%.

Londres Victime de Wall Street

A Londres, la Bourse a terminé en baisse de 0,37% lundi, dans le sillage de Wall Street et sur fond de prudence en l'absence d'actualité économique forte.

  • A la clôture, l'indice FTSE-100 des principales valeurs a perdu 27,13 points à 7.226,72 points.

Le marché britannique a progressé en début de séance avant de faire machine arrière, compte tenu du net repli de la Bourse de New York dans une séance dépourvue de nouvelle majeure.

"Un solide début de séance en Europe s'est dissipé avec la baisse du Dow Jones au moment où Goldman Sachs avertit des risques de récession aux Etats-Unis", souligne Connor Campbell, analyste chez Spreadex.

Francfort, entre craintes et doutes

A Francfort, la place boursière a également terminé en baisse, le Dax cédant 0,12%, dans un marché freiné dans son élan de départ par la résurgence des craintes au sujet d'un ralentissement mondial de l'économie.

  • L'indice vedette a reculé de 14,12 points pour finir à 11.679,68 points. Le MDax des valeurs moyennes a, de son côté, cédé 0,41%, à 25.249,75 points.

"La prochaine réunion de la Banque centrale européenne, le 10 septembre, est encore loin. Une solution au conflit commercial avec la Chine n'est pas en vue. L'économie se montre faible. Les investisseurs accordent plus d'attention aux risques actuels qu'aux opportunités sur le marché boursier", souligne Jochen Stanzl, analyste chez CMC Markkets.