L'Union européenne a publié ce jeudi un train de mesures d'urgence en matière de pêche, de sécurité aérienne ainsi que de transport routier et aérien, dans le cas où elle ne parviendrait pas à conclure un accord commercial post-Brexit avec le Royaume-Uni d'ici la fin de l'année.

"Rien ne garantit que si un accord est trouvé, il pourra entrer en vigueur à temps. Notre responsabilité est de nous préparer à toutes les éventualités, y compris celle de ne pas avoir d'accord en place avec le Royaume-Uni au 1er janvier 2021", a expliqué la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, au lendemain d'un dîner avec le Premier ministre britannique Boris Johnson, au cours duquel aucun terrain d'entente n'a pu être trouvé.

Quatre mesures ciblées

Par la suite, la Commission a donc présenté quatre mesures d'urgence pour minimiser les retombées lors du Brexit effectif du premier janvier :

  1. Connectivité aérienne : afin de garantir un service aérien minimum entre le Royaule-Uni et l'Europe durant une période de six mois, à condition que le Royaume-Uni fasse de même.
  2. Sécurité aérienne : afin de garantir que les divers certificats de garantie puissent continuer d'être utilisés par l'aviation européenne, et ce sans interruption, pour éviter aux avions européens de se retrouver cloués au sol.
  3. Connectivité routière : afin de garantir une connectivité routière minimum, notamment vis-à-vis du transport de marchandises et des personnes, durant une période de six mois, à condition que le Royaume-Uni fournissent les mêmes droits aux transporteurs européens.
  4. Droits de pêche : afin de créer un cadre légal approprié jusqu'au 31 décembre 2021, ou jusqu'au moment où un accord sur la pêche sera conclu avec le Royaume-Uni. Ce cadre légal permettrait d'assurer une continuité au niveau de l'accès pour les bateaux européens et britanniques dans leurs eaux respectives à partir du 31 décembre 2020. Pour garantir la continuité au niveau de la pêche, et compte tenu de l'importance de cette activité pour l'économie de nombreuses communautés, il est nécessaire de faciliter les procédures d'autorisation pour les bateaux de pêche.
"La Commission va désormais travailler en étroite collaboration avec le Conseil et le Parlement européen afin de faciliter l'entrée en vigueur de ces quatre propositions de régulation en date du 1er janvier 2021", précise encore la Commission.