Les marchés financiers restaient stoïques mercredi après le rejet massif de l'accord sur le Brexit, espérant malgré tout échapper au scénario d'une sortie brutale de l'UE redoutée par le monde des entreprises.

La Bourse de Londres se maintenait en baisse modérée de 0,58% vers 13H00 GMT. La livre qui a accusé le coup mardi soir au point de perdre plus de 1% avant de se reprendre, bougeait peu mercredi face à l'euro et au dollar.

"Le marché est dans l'attente", a résumé Mark Carney, gouverneur de la Banque d'Angleterre, lors d'une audition mercredi matin devant la commission du Trésor du Parlement britannique.

Il semble que les marchés tablent sur "une diminution des perspectives d'une absence d'accord", a-t-il commenté.

Le marché boursier était d'ailleurs soutenu par les valeurs plus strictement dépendantes de l'économie britannique, qui auraient beaucoup à perdre en cas de sortie brutale de l'UE, comme la banque RBS, le groupe de BTP Taylor Wimpey et la compagnie aérienne EasyJet.

Dans les salles de marché, le calme régnait mercredi, comme dans celle du courtier IG au coeur de la City de Londres où, après un vote au résultat couru d'avance, les traders gardaient leur calme.

Les effectifs, un peu renforcés mardi soir, étaient revenus à la normale mercredi. Sur leurs armadas d'écrans, la livre sterling était reléguée dans un coin, remplacée au centre par les Bourses européennes et par le couple euro-dollar.

Le rejet de l'accord "est quelque chose que les marchés avaient anticipé", a expliqué à l'AFP Joshua Mahony, analyste chez IG. "Ce qui explique la bonne tenue des marchés, c'est l'idée que Theresa May devra revenir avec un nouveau plan et que cela pourrait être un nouveau référendum", selon lui.

Les investisseurs évitaient pour l'heure de prendre des positions sur le marché, compte tenu du climat de fortes incertitudes politiques et de la motion de censure que Mme May affronte mercredi soir.

"L'incertitude tue tout"

La stabilité sur les marchés "devrait être encore de mise si la Première ministre May gagne le vote de confiance ce soir, les investisseurs se préparant à une période prolongée d'incertitude politique, mais espérant que le scénario du pire peut être évité", a souligné David Page, économiste chez le gérant d'actifs Axa IM.

La prudence des marchés témoignait pour l'heure également d'une certaine résignation face au flou entourant le Brexit et à l'impossibilité de privilégier tel ou tel scénario.

"Le chaos règne", affichait en gros caractère la une du quotidien économique CityAM, reflétant le sentiment des milieux d'affaires.

Nombre de dirigeants d'entreprises étaient inquiets, redoutant plus que jamais un possible Brexit sans accord et ses conséquences néfastes sur l'investissement et l'emploi.

"Les entreprises ont besoin de certitude et il faut que les dirigeants politiques fassent tout pour empêcher des dégâts irrémédiables" pour le secteur automobile, a déclaré dès mardi soir après le vote Mike Hawes, directeur général de l'Association des constructeurs et des vendeurs automobiles (SMMT).

Pour John Drzik, un responsable du géant américain de la gestion des risques Marsh, "une fois que le Brexit sera résolu, même dans le mauvais sens, au moins nous aurons levé des incertitudes et cela pourrait soutenir l'investissement". "C'est l'incertitude qui tue tout pour l'instant", a-t-il martelé.

Conscient des vives inquiétudes, le ministre britannique des Finances Philip Hammond s'est employé mardi en fin de soirée à rassurer les grandes sociétés lors d'une conférence téléphonique.

Selon Bloomberg, il a assuré qu'un Brexit sans accord pouvait être évité tout en envisageant un possible report de la sortie de l'UE prévue le 29 mars.

"C'était une conférence téléphonique encourageante", a déclaré sur la BBC le président du CBI John Allan, évoquant "un réel pas en avant, une reconnaissance que quelque chose doit se passer et que cela se fasse très, très rapidement".