La dégringolade de l'indice vedette de la Bourse de Bruxelles, le Bel 20, se poursuit lundi et a dépassé les 10% peu avant 13h, à 2.457,5 points. La panique continue de s'emparer des marchés financiers après plusieurs actions des banques centrales, dont la Fed, face à la propagation du coronavirus.

Jeudi dernier, le Bel 20, créé en 1991, a connu la plus forte chute en une seule séance de son histoire, avec une dégringolade de 14,21%. Pour l'heure, il cède 11,50% revenant sur ses niveaux de novembre 2012. Depuis le début de l'année, la correction approche les 40%.

Comme c'est le cas depuis le début de la crise sanitaire, redoutant une lourde récession et des tensions sur le front financier, les investisseurs lâchent les valeurs bancaires cotées à Bruxelles. KBC et ING cèdent ainsi près de 17%, suivies par l'assureur Ageas en recul de 15%. Les opérateurs vendent aussi les parts en Barco sur laquelle beaucoup d'actionnaires de longue date peuvent encore prendre du bénéfice: sur les 5 dernières années, le titre affiche encore un gain de 120%. Umicore abandonne 12% supplémentaires, affectée par le ralentissement en Chine et les fermetures d'usines automobile. WDP qui avait entamé l'année sur une très forte progression liée aux niveau très  faibles des taux d'intérêt est aussi massacrée, -11%. Des ventes qui montrent tout le désarroi des investisseurs: l'entreprise devrait vers un dividende brut de près de 4,73 euros au titre de l'exercice 2019, et elle se traite à 18,50 euros. Toutes les autres sociétés de l'indice Bel 20 cèdent du terrain, même AB InBev, déjà lourdement sanctionnée ces dernières semaines, perd encore 10%. Colruyt était la seule valeur dans le vert en matinée, mais elle perd désormais 1%, ce qui est peu de choses par rapport au chaos environnant. 

Sur les autres marchés, c'est pareil: Paris perd 11%, Francfort 10%, Londres 7,50%. Sur les marchés à terme des matières premières, le baril de pétrole Brent accentue aussi sa chute et abandonne 13% à 30,38 dollars. Pour le moment, les transactions sont suspendues à Wall Street`. En matinée, les contrats sur indices avaient atteint la limite déclenchant les coupe-circuit. Le début de séance a été marqué par une suspension des cotation, suivie d'un démarrage en fort recul.  Après avoir regagné pratiquement 10 % vendredi, le Dow Jones revient à son point de départ en abandonnant 9,71%, puis est à nouveau suspendu. Reprise 15 minutes plus tard et... nouveau plongeon de près de 12%. Mais le marché a semble-t-il trouvé un semblant de plancher et commence à limiter la casse. Signal de départ d'une chasse aux bonnes affaires en Europe? L'indice Bel20 entame une timide remontée à Bruxelles.