La nervosité croissante sur les marchés boursiers, dans le contexte de crise sanitaire liée à l'épidémie de coronavirus, incite les investisseurs à se tourner vers les bons d'État.

Les obligations allemandes sont ainsi fort demandées, ce qui fait plonger le taux à long terme. Le taux d'intérêt belge à 10 ans est également en baisse mais n'a pas encore atteint son plus bas de l'an dernier. L'obligation à 10 ans en Allemagne chutait lundi matin à -0,835%, un plus bas historique. D'autres pays européens comme la Finlande et les Pays-Bas ont également vu leurs obligations à long terme plonger. Au Royaume-Uni, les taux à court terme (deux ou cinq ans) étaient pour la première fois négatifs.

En Belgique, la baisse était plus limitée. L'obligation à 10 ans pointait à -0,321%, proche du plus bas historique de -0,39%. En cas de taux négatif, les autorités sont payées alors qu'elles empruntent de l'argent, une bonne nouvelle pour les caisses de l'État. Les crédits hypothécaires étaient également meilleur marché.

La seule exception lundi demeurait l'Italie où le bon d'État à dix ans augmentait de 27 points de base, à 1,34%. Les autorités de la Botte ont imposé dans la nuit de samedi à dimanche une mise en quarantaine d'une bonne partie du nord du pays.