Figure clé de la supervision des plus grandes banques d'Europe, Adam Farkas pourrait se retrouver sous peu à la tête de l'association défendant les intérêts de ces mêmes banques.

L'Autorité bancaire européenne (ABE) a confirmé au quotidien français Les Echos le départ prochain de son directeur général, Adam Farkas. L'institution et le Hongrois de 51 ans seraient actuellement en train de négocier les conditions que l'intéressé devra respecter avant d'entrer dans ses (probables) nouvelles fonctions.

Le régulateur démissionnaire pourrait bientôt diriger l'Association des marchés financiers en Europe (AFME), le lobby de l'industrie des banques d'investissement, comme le relayait fin août la chaîne londonienne d'information en continu Sky news.

Un recrutement en cours de finalisation, avait précisé l'AFME dans un communiqué, précisant que tant que le processus n'était pas terminé, le silence prévalait.

Adam Farkas a joué un rôle de premier plan dans les travaux de régulation, notamment les fameux tests de résistance pour les prêteurs les plus importants tels que BNP Paribas ou Deutsche Bank.

Ce n'est pas la première fois de l'autorité européenne est au centre des critiques avec ce genre de jeu de chaises musicales, rappellent Les Echos. En février dernier, l'ABE nommait au poste de président José Manuel Campa, ancien lobbyiste du géant bancaire espagnol Santander.