Placements & Marchés En Suisse, un mineur de 12 ans peut ouvrir un compte en banque sans que ses parents ne soient au courant de sa démarche... Une histoire peu banale relayée par le média "Le Matin".

Lorsqu'un père se rend compte que son fils a ouvert un compte en banque sans qu'il ait dû donner son accord, il décide de se renseigner directement à l'agence bancaire. Erreur, on lui réclame une procuration du mineur en faisant appel au secret bancaire.

Âgé de 15 ans, son garçon décide d'ouvrir un compte en banque, à la suite d'une publicité qui lui promet 50 Francs en guise de cadeau pour une inscription. Aucune signature n'a été requise car la banque a effectué une identification par le biais de l'application FaceTime.

Cette pratique, qui permet aux enfants d'ouvrir un compte par eux-même et de le gérer, n'est pas rare en Suisse. A l'UBS par exemple, on précise qu'"à partir de 12 ans, un enfant peut ouvrir un compte tout seul... Il peut déposer son argent de poche sur son compte... Il apprendra ainsi à gérer son argent, utiliser une carte bancaire et un PIN, et découvrir les services offerts par une banque."

Même son de cloche du côté de la Banque Migros qui considère un mineur de 12 ans "comme pleinement responsable de la gestion de ses avoirs sans en référer à ses parents", ainsi qu'à Credit Suisse et Postfinance.

Pour la Fédération romande des consommateurs (FRC) qui demeure sceptique sur ces pratiques, "reste à savoir si les banques ont raison de se passer du consentement explicite des détenteurs de l’autorité parentale".