Actuellement noté A- par S&P, Euronext a vu la perspective de long terme sur sa dette devenir négative, une étape avant la dégradation de sa note.

En Bourse lundi matin, le titre Euronext reculait de 2,40% à 95,65 euros après cette annonce, tandis que l'indice parisien CAC 40 avançait de 0,45%.

Après l'annonce vendredi du rachat de la Bourse de Milan au London Stock Exchange (LSE), Euronext "va augmenter de manière substantielle sa dette financière", prévient S&P Global Ratings.

"L'opération va être financée de manière importante par de la dette et devrait, selon nous, aggraver le profil de risque d'Euronext, de modeste à important", écrit l'agence de notation.

L'opérateur boursier prévoit de financer son opération en mettant sur la table quelque 300 millions d'euros de trésorerie, 1,8 milliard en dette nouvelle, et 2,4 milliards en augmentation de capital.

En tout, l'opérateur qui vient de fêter ses 20 ans va débourser 4,33 milliards d'euros.

L'opération, qui doit permettre de créer "la colonne vertébrale de l'union des marchés de capitaux en Europe", selon le patron d'Euronext Stéphane Boujnah, doit être approuvée par les actionnaires lors d'une assemblée générale extraordinaire le 20 novembre.