Le Dow Jones, c'est le Graal des indices boursiers. C'est bien entendu le plus vieux indice boursier. C'est surtout l'indice qui fait la pluie et le beau temps sur les places financières mondiale: sa tendance en ouverture et en fermeture influence l'évolution des indices boursiers européens, notamment.

C'est pourquoi, cela en jette de faire partie de cet indice qui regroupe les 30 premières entreprises américaines. En 2011, le groupe ExxonMobil brillait au firmament de cet indice, pouvant alors de targuer d'être le premier de la classe au sein du Dow Jones. C'était aussi la première capitalisation boursière mondiale. Excusez du peu.

La séance de vendredi marquera toutefois la fin d'une histoire entamée en 1928, lorsque la Standard Oil of New Jersey, ensuite rebaptisée ExxonMobil, avait fait ses premières armes au sein du Dow Jones: le groupe prendra tout simplement la porte, sans autre forme de procès. Le Dow Jones perdra aussi le plus ancien membre du club.

Bien sûr, ExxonMobil peut en vouloir à Apple: c'est la décision du groupe informatique de scinder ses actions en quatre qui a précipité les choses. ExxonMobil sera remplacé par l'éditeur de logiciels Salesforce

Comment est-on arrivé-là? La sélection des actions comprises dans le Dow Jones n'est pas régie par un ensemble de règles strictes, mais le comité qui décide de sa composition prend en compte la réputation des entreprises, l'historique de leurs performances, leur relation aux investisseurs et leur représentation sectorielle.

Toujours est-il que ce changement est symptomatique. L'entreprise créée par le magnat John D. Rockefeller est un représentant de la vieille économie, dont l'activité pétrolière n'est plus vraiment tendance auprès des investisseurs en ces temps où tout le monde ne jure plus que par le durable. La crise économique n'a rien arrangé, le cours de l'action passant de 54 dollars en février à 41 dollars ce mardi en séance.Un chiffre à lui seul traduit bien ce passage de témoin: celle qui fut la première capitalisation boursière voilà 9 ans pèse 10 fois moins, aujourd'hui, qu'Apple avec ses plus de 2000 milliards de capitalisation.