Après une semaine (très) compliquée, les principales places boursières européennes ont terminé la séance de vendredi dans le vert, poussées par les annonces d'avancées dans la résolution du conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine.

Pour cette dernière séance de la semaine, les marchés européens ont affiché des résultats positifs, repassant dans le vert, après une semaine difficile, entre tensions sino-américaines et inversion de la courbe de taux américains, le taux d'intérêt sur les bons du Trésor américains à dix ans passant temporairement mercredi sous celui des bons à deux ans. Ce phénomène, particulièrement redouté des marchés, peut être un éléments indicateur d'une récession future.

"La saison des rapports trimestriels qui s'achève ne donne pas de nouveaux signaux et les investisseurs se concentrent de plus en plus sur les données macroéconomiques et les nouvelles économiques des États-Unis, de la Chine et de l'UE", commente Andreas Lipkow, analyste chez Comdirect.

A Bruxelles, 19 des 20 éléments du BEL20 dans le vert

Après avoir enregistré un très bref plongeon vendredi peu avant midi, le BEL 20 est reparti à la hausse, terminant avec tous ses éléments dans le vert à l'exception de Telenet (45,40), en baisse de justesse (-0,31%).

  • A la clôture, l'indice de référence a fini cette journée en hausse de 1,60% à 3498,39 points (+55,06).

Francfort, entre Pékin et Washington

La Bourse de Francfort a fini vendredi en franche hausse, le Dax gagnant 1,31%, dans un marché relancé par les annonces d'avancées dans la résolution du conflit commercial entre Pékin et Washington.

  • L'indice vedette a gagné 150,07 points pour finir à 11.562,74 points. Le MDax des valeurs moyennes a, de son côté, pris 1,77%, à 24.817,08 points.

Problème technique à Londres

La Bourse de Londres a rebondi de 0,71% vendredi sur fond de craintes quant à la croissance mondiale et après avoir démarré la séance en retard en raison d'un problème technique.

  • A la clôture, l'indice FTSE-100 des valeurs vedettes a pris 50,14 points à 7.117,15 points. Sur la semaine écoulée, il a en revanche perdu 1,88%.

"Mieux vaut tard que jamais ! Le FTSE est parvenu à se joindre au mouvement de hausse après être resté en rade ce matin", souligne Connor Campbell, analyste chez Spreadex.

La journée avait mal débuté pour l'opérateur boursier London Stock Exchange (LSE) qui n'a pu procéder à l'ouverture du FTSE-100 que vers 10h40 contre 9h habituellement. Le LSE a attribué cet incident, assez rare, à un problème de logiciel informatique. Le dernier retard à l'ouverture avait eu lieu le 7 juin 2018.

"Cela n'a pas été un si gros problème que cela puisque le début de séance était calme (...) Certes cela pourrait faire des dégâts en terme d'image mais cela ne devrait toutefois pas à avoir trop de conséquences sauf si cela se reproduit souvent", remarque David Cheetham, analyste chez XTB.

Paris respire

La Bourse de Paris est repassée au-dessus des 5.300 points vendredi, se concentrant sur des signaux de détente dans la guerre commerciale qui lui permettent de respirer à nouveau après deux replis consécutifs dans un contexte toujours très volatil.

  • L'indice CAC 40 a progressé de 63,86 points pour terminer à 5.300,79 points, dans un volume d'échanges de 3,73 milliards d'euros. La veille, il avait terminé sur la défensive (-0,27%).