L'indice vedette a gagné 190,89 points, à 15.008,61 points. Il avait établi peu de temps avant un record absolu en séance à 15.029,70 points, porté par les progrès rapides de la campagne de vaccinations aux États-Unis contre le Covid-19 et les perspectives de reprise économique alimentées par le plan de relance américain.

La nouvelle poussée de l'indice allemand contrastait avec la Bourse de New York qui s'affaissait mardi en début de séance, inquiète face à la nouvelle hausse du rendement à 10 ans sur les bons du Trésor américain et son implication pour l'économie des Etats-unis.

A Francfort, les négociants semblaient davantage retenir la promesse donnée lundi par le président américain Joe Biden d'avoir 90% des adultes américains éligibles au vaccin d'ici le 19 avril.

Dernier signal en date que la reprise se profile de l'autre côté de l'Atlantique, la confiance des consommateurs américains s'est nettement améliorée en mars atteignant son plus haut niveau en un an, selon l'indice du Conference Board publié mardi.

Après un creux fin janvier à près de 13.400 points, le Dax a enchaîné une série de records historiques, enfonçant au passage sa meilleure performance établie à 13.789 points en février 2020, avant que n'éclate la première vague de la pandémie du Covid-19.

Retombé à 8.400 points en mars 2020, le Dax s'est envolé de près de 80% depuis cette date sur fond de reprise économique pourtant fragile tant l'épidémie semble encore loin d'être maîtrisée.

Mardi, le marché a été tiré par VOLKSWAGEN (+4,70% à 240,55 euros) qui a récemment détrôné le fabricant de logiciels SAP comme première capitalisation dans l'indice.

Le géant allemand de l'automobile a annoncé mardi qu'il renommait sa filiale américaine "Voltswagen" pour souligner son "investissement futur dans la mobilité électrique".

Les autres valeurs automobiles ont aussi fini dans le haut du tableau, à l'image de BMW (+3,74% à 88,80 euros) et DAIMLER (+3,03% à 75,94 euros).