Placements & Marchés

Les principales places boursières européennes ont terminé la semaine dans le rouge, sur fond de crise politique en Italie et d'aggravation des tensions entre Chine et Etats-Unis, après les déclarations du président américain Donald Trump.

Le nouveau recul de Wall Street vendredi à l'ouverture voyait le BEL 20 et ses voisins européens porter leurs pertes à plus d'un pour-cent. Notre indice de référence reperdait finalement 1,11% à 3.534,57 points avec 18 de ses éléments en baisse. La Bourse de Paris a clôturé en net repli (-1,11%) vendredi, creusant ses pertes en fin de séance dans un état de fébrilité aggravé par des propos de Donald Trump et par la crise politique en Italie.

A Francfort, la place boursière a terminé dans le rouge, le Dax cédant 1,28%, au lendemain d'un net rebond, dans un marché affecté par l'éclatement inattendu de la coalition populiste en Italie et une mauvaise statistique allemande.

"L'Italie s'installe sur le devant de scène et tire l'Europe vers le bas" alors que Matteo Salvini a appelé à de nouvelles élections, résumait en cours de journée Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

La Bourse de Londres a de son côté terminé vendredi en baisse de 0,44%, inquiète de la crise politique en Italie dans un contexte déjà miné par les tensions commerciales sino-américaines.