Placements & Marchés

Par Isabelle de Laminne, responsable du blog www.moneystore.be

L’année 2018 a été particulièrement décevante pour les investisseurs en actions. En revanche, les investisseurs qui se sont protégés des baisses de marché en investissant dans des fonds « short » ou « bear » ont bien sorti leur épingle du jeu. En effet, en période de crise ou de baisse importante des marchés, les fonds (ou ETF) qui ne suivent pas de façon passive un indice mais dont la politique est d’offrir une exposition inverse à l’indice performent bien.

Ces fonds « bear » ou « short », offrent la performance inverse de l’indice, dividendes réinvestis, majorée d’un rendement monétaire. Bien sûr, avec la baisse des indices durant l’année 2018, ces produits ont bien fonctionné et ont été rentables. Ce type de produits peut entrer dans les portefeuilles des institutionnels dans le cadre de leur stratégie comme instruments de couverture. Mais ces produits ne sont pas exempts de risque. « Les ETF short permettent à tous les investisseurs, y compris les particuliers, de s’exposer à la baisse mais il convient de rester très prudents. Ces produits sont essentiellement destinés aux professionnels, aux traders actifs et aux investisseurs particuliers avertis et conscients des risques inhérents à ces produits », prévient François Millet, responsable du développement produits ETF chez Lyxor ETF.

Durant l’année 2018, ce sont essentiellement les ETF short obligataires qui ont eu du succès. « Avec les hausses de taux d’intérêt prévisibles, les investisseurs professionnels ont cherché à protéger leurs portefeuilles obligataires contre une hausse des taux. En 2017, nous avons constaté un engouement pour la collecte des ETF obligataires short en obligations gouvernementales allemandes avec un turnover important dans cette classe d’actifs. Les positions ont été maintenues jusqu’en septembre 2018 puis ont commencé à se déboucler. La situation est différente par rapport à 2008. En 2008, les ETF short en actions avaient fait le buzz. Aujourd’hui, les ETF short en obligations gouvernementales sont plutôt recherchés », note François Millet.

Dans les périodes de forte volatilité et dans des marchés qui n’ont pas vraiment de direction, il convient d’être très prudents dans l’utilisation des ETF short en actions. Ces produits qui sont cotés à Paris et à Amsterdam ne sont certainement pas à mettre dans toutes les mains même s’ils démontrent leur efficacité dans les périodes de fortes baisses des marchés.


Cet article vous a intéressé ? Consultez aussi sur MoneyStore:

Qu’est-ce qu’une vente à découvert ?

Qu’est-ce que bear et bull, les animaux symboles des marchés ?

MiFID II: une aubaine pour la gestion passive ?