Les marchés européens marquent une pause après plusieurs séances de hausse et patientant avant qu'un accord sino-américain sur le commerce ne se concrétise.

"L'ambiance dans la salle de marché s'est un peu calmée après l'euphorie d'hier" qui était liée aux progrès observés dans les négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, note Milan Cutkovic, analyste chez AxiTrader.

"Comme rien n'a été signé et que de nombreuses rumeurs circulent, les investisseurs sont sensibles à toute nouvelle concernant un éventuel accord", ajoute l'analyste.

La Chine a annoncé jeudi s'être mise d'accord avec les Etats-Unis pour une levée "par étapes" de leurs droits de douane punitifs mutuels.

"L'administration américaine a confirmé mais on peut sentir une certaine réticence du côté de Washington", note cependant Tangi Le Liboux, analyste pour Aurel BGC. "Par ailleurs, le camp américain n'a, pas plus que le camp chinois, donné de précision sur les montants concernés, observe le spécialiste, en réalité tout ceci est encore bien flou".

Pendant ce temps-là, le commerce extérieur chinois continue à accuser le coup de la guerre commerciale avec les Etats-Unis. Les exportations de la Chine ont subi en octobre leur troisième mois de repli, tandis que les importations ont poursuivi leur recul pour le sixième mois consécutif. Toutefois, les analystes sondés par Bloomberg s'attendaient à de plus fortes baisses.

Sur l'autre front commercial, entre Washington et l'Europe, l'espoir d'un apaisement était permis.

"Les investisseurs voient dans les progrès réalisés entre Washington et Pékin un bon présage pour les relations entre l'Union Européenne et les Etats-Unis", écrit David Madden, analyste pour CMC Markets.

Un nouveau signal positif a été envoyé vendredi par Jean-Claude Juncker, président sortant de la Commission européenne, qui s'est dit persuadé dans une interview que le président américain Donald Trump n'imposerait pas dans les prochains jours de nouveaux droits de douane sur l'importation d'automobiles européennes.

Une embellie concernant l'économie allemande est venue vendredi du commerce extérieur, qui a enregistré en septembre un excédent de 19,2 milliards d'euros, en hausse par rapport à août qui affichait un solde de 18,1 milliards d'euros, grâce à une croissance des exportations, selon Destatis.

Titres en action

Le patron du constructeur automobile français PSA, Carlos Tavares, a affirmé vendredi qu'il ne voyait "pas de nécessité de supprimer des marques" dans la future entité qui découlera de la fusion envisagée avec l'italo-américain Fiat Chrysler (FCA), tout en réitérant son intention de ne pas fermer d'usines.

JCDecaux pâtissait du repli anticipé de son chiffre d'affaires, à périmètre et taux de change constants, de 2% sur le dernier trimestre de l'exercice

Carrefour a reçu "une offre ferme" de Shopinvest pour racheter 100% du capital de son site de vente en ligne Rue du Commerce.

Les groupes d'énergie EON et RWE ainsi que le groupe immobilier VONOVIA étaient recherchés en raison de leur statut de valeur moins sensible aux aléas de la conjoncture.

Le géant allemand de l'assurance Allianz a annoncé vendredi un bénéfice stable au troisième trimestre, malgré un recul dans sa division dommages, et a révisé à la hausse son objectif de bénéfice opérationnel pour l'année.

Le groupe aérien IAG a publié des prévisions décevantes pour la période 2020-2022. Il a en particulier revu en baisse ses attentes pour son bénéfice par action qui devrait croître de 10% par an, contre 12% espéré jusque-là, en raison d'une croissance attendue moins rapide que prévu du nombre de sièges proposés.