Le ministre de l'Economie, Kris Peeters, s'est dit satisfait de l'approbation lundi par les Etats de l'Union européenne d'ouvrir des négociations commerciales avec les Etats-Unis sur les biens industriels. "L'économie belge devrait croître de 0,6% grâce à un accord de libre-échange", a-t-il indiqué dans un communiqué. Les Etats de l'UE ont approuvé lundi l'ouverture de négociations commerciales avec les Etats-Unis, en dépit du refus de la France de négocier avec un partenaire hostile à l'accord mondial sur le Climat.

Selon les conditions européennes, le futur accord doit être limité aux biens industriels. Il ne doit pas inclure l'agriculture, les services ou les marchés publics.

Lors du vote, la Belgique s'est abstenue faute de consensus entre les différentes entités du pays.

M. Peeters (CD&V) déplore cette abstention. Il "regrette que la Région de Bruxelles-Capitale et la Communauté française aient empêché la Belgique d'approuver le mandat de négociation. Cela va à l'encontre des intérêts de nos entreprises et de nos travailleurs et est un mauvais signal", a-t-il fait savoir.

"La directive de négociation sur le démantèlement tarifaire est un pas positif et important pour éviter une guerre commerciale entre les Etats-Unis et l'UE. Une telle guerre commerciale n'a que des perdants: les droits de douane américains sur l'acier et l'aluminium et les contre-mesures européennes ont déjà des effets négatifs des deux côtés de l'Atlantique. Nous devons absolument éviter des droits de douane supplémentaires sur d'autres produits, comme les voitures. C'est donc une bonne chose qu'il y ait de nouveaux entretiens entre l'UE et les États-Unis", a-t-il ajouté.