L'euro grimpait face au dollar mardi, après des commentaires d'un conseiller du président américain Donald Trump sur le niveau de la monnaie unique, dans un marché restant tout de même empreint de prudence. Vers 14H00 GMT (15H00 à Paris), l'euro valait 1,0755 dollar, contre 1,0695 dollar lundi vers 22H00 GMT. La monnaie européenne tentait également de se reprendre face à la monnaie nippone, à 121,83 yens pour un euro contre 121,72 yens lundi soir. Le billet vert baissait un peu face à la devise japonaise, à 113,30 yens pour un dollar contre 113,81 yens la veille.

L'Allemagne utilise un euro "largement sous-évalué" pour "exploiter" ses principaux partenaires commerciaux, dont les Etats-Unis, a estimé mardi Peter Navarro, conseiller du président américain Donald Trump dans une interview au Financial Times.

© AFP

Pour Steen Jakobsen, économiste chez Saxo Bank, "il y a un risque grandissant" de voir le président Trump mettre en place une politique active d'affaiblissement du dollar, ce qui serait logique pour son programme qui implique notamment une hausse des exportations.

Pour M. Jakobsen, le moyen indirect de faire baisser le dollar est d'utiliser des injonctions visant à faire se renforcer la monnaie d'en face, ce que l'équipe Trump a déjà fait ces dernières semaines avec le yuan.

Avant la publication de ces propos, l'euro était déjà en petite hausse, tirant parti d'indicateurs encourageants en zone euro. L'inflation s'est approchée de l'objectif de 2% de la Banque centrale européenne (BCE) en janvier, atteignant 1,8% et dépassant les attentes des analystes.

En outre, le chômage a poursuivi sa baisse en décembre et la croissance a accéléré au quatrième trimestre.

Mais pour Craig Erlam, analyste chez Oanda, "si la pression sur la BCE pour qu'elle diminue ses rachats d'actifs s'est accrue depuis environ un mois, grâce à l'accélération de la hausse des prix en Allemagne et dans l'ensemble de la zone euro, il est important que la banque centrale s'abstienne de réagir en fonction des mouvements de prix temporaires car cela risquerait d'étrangler la reprise économique, en particulier dans les pays vulnérables de la périphérie".

Les cambistes attendaient aussi avec prudence le début mardi d'une réunion de deux jours du Comité de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed).

Comme il n'y aura pas de conférence de presse mercredi, le communiqué de la Fed annonçant sa décision monétaire sera décortiqué par les cambistes "en quête de tout élément indiquant si la Fed réfléchit à relever ses taux", a noté Kathleen Brooks, analyste chez City Index.

Les derniers indicateurs américains ont dans l'ensemble été mitigés, donc "la plus grosse surprise à l'issue de cette réunion du FOMC (Comité monétaire de la Fed) serait un ton plus prudent d'une Fed tentant de calmer la nervosité causée par les récents développements politiques", a prévenu Mme Brooks. Le cas échéant, le billet vert risquerait de baisser fortement.

Cambistes nerveux

Dans l'ensemble, les cambistes sont de plus en plus nerveux concernant les intentions protectionnistes du nouveau gouvernement américain et les effets négatifs qu'elles pourraient avoir sur le commerce, la diplomatie et la santé globale de l'économie américaine.

Ces inquiétudes poussaient les investisseurs à se tourner les actifs qu'ils jugent les plus sûrs, comme le yen, le franc suisse et l'or.

Vers 14H00 GMT, la livre britannique baissait face à la monnaie européenne, à 86,10 pence pour un euro, et se stabilisait face au billet vert, à 1,2486 dollar pour une livre.

Le franc suisse baissait un peu face à l'euro, à 1,0665 franc pour un euro, après avoir atteint la veille son niveau le plus fort depuis fin juin (1,0637 franc). La monnaie suisse grimpait face au dollar, à 0,9918 franc pour un dollar, atteignant même vers 12H35 GMT 0,9906 franc, son niveau le plus fort depuis mi-novembre.

La devise chinoise ne s'échangeait pas mardi, les places financières en Chine continentale restant fermées en raison des célébrations du Nouvel an. Elle avait terminé à 6,8840 yuans pour un dollar jeudi à 15H20 GMT.

L'once d'or a fini à 1.198,80 dollars au fixing du matin, contre 1.192,80 dollars lundi soir.