La Bourse de Paris évoluait en hausse de 1,02% jeudi dans les premiers échanges, tandis que Joe Biden s'approchait de la Maison Blanche et que Donald Trump entamait des recours judiciaires. Vers 09H25, l'indice CAC 40 progressait de 50,06 points à 4.972,91 points. La veille, il avait grimpé de 2,44%.

Tendance aussi la hausse pour Francfort 1,26%, Londres 0,37% et Milan 1,47% vers 9H25 (8H25 GMT). Peu avant 10H30, à Bruxelles, le Bel 20 reculait lui de près de 0,70%.

Aux Etats-Unis, Joe Biden a fait un pas décisif en reprenant le Wisconsin et le Michigan à Donald Trump, en plus de l'Arizona. Une seule victoire dans le Nevada, la Géorgie ou la Pennsylvanie lui suffit pour atteindre les 270 grands électeurs et être élu président.

Toutefois, le Sénat semblait se refuser aux démocrates après la réélection de plusieurs républicains.

L'hypothèse d'une Maison-Blanche démocrate et d'un Sénat républicain est vue par certains investisseurs comme "la meilleure option pour les marchés", abonde John Plassard, spécialiste de l'investissement chez Mirabaud.

Même à la Maison-Blanche, Joe Biden aura du mal à mettre en place une partie de son programme. "Il sera probablement incapable de s'attaquer au pouvoir des grandes entreprises technologiques ou d'augmenter l'impôt sur les sociétés" estime David Madden, analyste de CMC Markets, expliquant en partie l'humeur positive des marchés.

A moyen terme toutefois, "une nouvelle paralysie du Congrès n'est pas une bonne nouvelle" notamment pour conclure un accord sur un vaste plan de relance, négocié depuis l'été, relève Tangi Le Liboux, analyste du courtier Aurel BCG.

Pour maintenir le rythme de l'économie américaine, qui s'essouffle depuis plusieurs semaines après sa reprise initiée à la fin du printemps, la réunion de la Réserve fédérale américaine qui se termine jeudi sera aussi scrutée par le marché.

Long parcours judiciaire

La victoire à l'élection présidentielle du candidat démocrate n'est de plus pas totalement acquise.

Il a encore besoin d'au moins une victoire dans le Nevada, la Géorgie ou la Pennsylvanie, mais l'équipe de campagne de Donald Trump a notamment annoncé des recours dans le Wisconsin, où Joe Biden est donné gagnant avec un écart de moins de 1% des voix.

"Il devient de plus en plus évident qu'un long parcours judiciaire va avoir lieu", mais ce "scénario noir", a déjà été "en partie intégré" par le marché, estiment les analystes de Saxo Banque.

Les investisseurs misaient également sur l'instauration rapide d'un stimulus budgétaire d'envergure aux Etats-Unis, complètement empêché par les batailles politiciennes de la campagne présidentielle dans un pays pourtant très durement frappé par la pandémie de Covid-19.

"Peu importe qui gagne", estime l'analyste d'Axi Milan Cutkovic, car "les deux partis sont forcés de réagir rapidement à la pression qui monte sur l'économie américaine" en mettant un programme d'aide en place.

Toutefois, s'inquiète Gilles Moec, chef économiste d'Axa, "à ce stade il sera extrêmement difficile de compter sur un stimulus avant la mise en place d'une nouvelle administration", en janvier donc. "Et même si on peut imaginer que l'on trouvera un compromis sur un stimulus minimal, je doute qu'il soit à la hauteur de ce qui était attendu", ajoute-t-il.

Le temps presse pourtant. Un record de près de 100.000 contaminations par le coronavirus en 24 heures a été enregistré aux Etats-Unis, ce qui ravive les incertitudes sur la reprise de la première économie mondiale.

Du côté des devises, le dollar faiblissait légèrement face au yen, à mesure que diminuaient les incertitudes sur l'issue de l'élection américaine. Un dollar s'échangeait pour 104,30 yens contre 104,52 yens jeudi vers 8H30 GMT. L'euro montait face à la monnaie américaine à 1,1752 dollar, contre 1,1726 dollar la veille.

Du côté asiatique

Les Bourses asiatiques ont nettement progressé à la clôture. A Tokyo, l'indice vedette Nikkei a pris 1,73% marquant un plus haut annuel et son premier retour au-delà du cap symbolique des 24.000 points depuis janvier. L'indice élargi Topix a gagné 1,39%. En Chine, l'indice composite de Shanghai a pris 1,30% et celui de Shenzhen 1,67%, tandis qu'à Hong Kong, l'indice Hang Seng a bondi de 3,25%.