"Les marchés actions européens semblent ouvrir sur une note mitigée, sans orientation claire", note Michael Hewson, analyste de CMC Markets.

Dans le creux du mois d'août, peu d'informations sont susceptibles de faire durablement varier les Bourses. Ce qui n'empêche pas la présence de signes de "nervosité croissante" selon M. Hewson.

"Malgré tout l'optimisme concernant les récentes réouvertures des économies", les derniers indicateurs peuvent laisser penser qu'elles "atteignent les limites de ce qu'elles peuvent faire sans risquer une seconde vague", analyse M. Hewson.

Les ventes de détail en Chine pour le mois de juillet, publiées vendredi ont ainsi été "moroses", tandis que celles des États-Unis ont été "mitigées, au mieux", selon M. Hewson.

La production industrielle au Japon a rebondi de 1,9% en juin sur un mois, reprise finalement moins vive que lors d'une première estimation fin juillet (+2,7%).Le PIB japonais du deuxième trimestre s'est effondré de 7,8% par rapport à celui du trimestre précédent.

Dans le même temps, les craintes d'une nouvelle vague épidémique se font plus vives. Elles sont particulièrement visibles en Europe, où le Royaume-Uni impose depuis samedi des restrictions de voyage aux personnes venant de France, tandis que l'Allemagne a placé vendredi pratiquement toute l'Espagne parmi les zones à risque.

L'obligation de porter un masque dans les lieux publics se répand dans plus en plus de villes. L'Italie a annoncé dimanche la fermeture des discothèques en plein air et a rendu le port du masque obligatoire le soir dans les lieux publics pour enrayer le rebond de la pandémie de coronavirus.

En France, le gouvernement veut modifier "d'ici à la fin août" les règles sanitaires pour endiguer le coronavirus en entreprise.

L'arrivée de nouveaux cas en Nouvelle-Zélande a poussé la Première ministre à repousser de quatre semaines les élections, initialement prévues à la mi-septembre.

Plus de 21 millions de cas de Covid-19 ont été comptabilisés depuis décembre dans le monde, ayant fait plus de 766.000 morts.

Enfin, le risque géopolitique reste toujours menaçant. Les discussions commerciales prévues samedi entre la Chine et les Etats-Unis pour faire le point sur l'accord signé en janvier ont été repoussées, en plein regain de tensions entre les deux pays.

Le président Donald Trump a signé vendredi un décret obligeant le groupe chinois ByteDance à vendre les activités américaines de TikTok, son réseau social international, d'ici 90 jours.

"La détérioration des relations entre les États-Unis et la Chine", avec "les incertitudes concernant le plan de relance aux États-Unis", dont les négociations au Congrès patinent encore et toujours depuis la fin juillet, sont "les principaux risques de baisse de l'appétit des investisseurs à court terme", note Ipek Ozkardeskaya, analyste de Swissquote Bank.

Les investisseurs attendent l'indice d'activité manufacturière de la région de New York.