La Bourse de Paris a ouvert stable (+0,01 %), suivant la même tendance que Wall Street la veille, hésitant entre de bons chiffres sur la reprise économique et une inflation élevée en zone euro.

L'inflation reste dans l'esprit des investisseurs, après la publication mardi d'une hausse des prix à la consommation en zone euro de 2 % en mai, sur un an, la limite haute de l'objectif fixé par la Banque centrale européenne (BCE).

Et "l'appétit des marchés pour le risque reste contenu avant la publication des données sur l'emploi aux États-Unis vendredi", estime Ipek Ozkardeskaya, analyste chez Swissquote.

"Les incertitudes qui planent devraient empêcher les investisseurs de s'engager" avant la publication de ces chiffres, anticipe-t-elle.

En attendant, "la publication du Livre beige de la Fed pourrait aider à y voir plus clair ce soir, en raison de la nature qualitative plus que quantitative des données du rapport", avance Tangi Le Liboux, stratégiste du courtier Aurel BGC.

Sur le plan sanitaire, preuve que la situation s'améliore : le Royaume-Uni n'a enregistré mardi aucun mort supplémentaire du coronavirus en 24 heures, une première depuis le 30 juillet 2020.

De bon augure avant l'été, aux Etats-Unis, les aéroports ont enregistré vendredi et lundi, à l'occasion du premier week-end prolongé de la belle saison, leur plus forte fréquentation depuis mars 2020, selon les données publiées par l'agence de sécurité dans les transports.

La Bourse de Francfort se cherchait encore une direction, le DAX stagnant (-0,04 %) à 15 561,44 points. De son côté, la Bourse de Londres démarrait dans le vert, le FTSE-100 gagnant 0,36 % à 7 105,92 points. A l'inverse, la Bourse de Bruxelles partait à la baisse, le Bel 20 lâchant 0,26 % à 4 088,15 points.