Les marchés ont ouvert stables ce mardi, les yeux rivés sur l'Italie et sur l'évolution de la situation allemande, où la Bundesbank, la banque fédérale nationale, a annoncé une possible entrée en récession au troisième trimestre.

Le marché a déjà digéré des informations de presse selon lesquelles l'Allemagne envisagerait un plan de relance budgétaire en cas de crise et d'autres selon lesquelles la Maison Blanche envisagerait des baisses d'impôts et de droits de douane pour éviter une entrée des Etats-Unis en récession.

"Les Banques centrales ont longtemps supporté seules le fardeau, mais elles ne peuvent descendre beaucoup plus bas et les pays sont déjà engagés dans un ou plusieurs programmes d'achat d'obligations, d'autres mesures s'imposent maintenant", ajoute l'analyste.

Le débat monte en Allemagne sur un possible abandon, en cas de récession du dogme de l'orthodoxie budgétaire et un éventuel recours à al dette pour soutenir l'économie.

Le conflit commercial qui oppose la Chine aux Etats-Unis a par ailleurs connu une accalmie lundi: l'administration Trump a accordé un nouveau répit au géant chinois des télécoms Huawei. Un geste qui "ne change rien" pour le géant chinois des télécoms, a toutefois assuré mardi le groupe, qui s'estime toujours "injustement traité" par Washington.

L'Italie inquiète

Outre la situation allemande, les yeux seront également rivés sur l'Italie ce mardi. "L'Europe joue gros cette semaine", entre l'Italie qui pourrait se retrouver sans gouvernement et le sommet du G7 ce week-end, écrit Tangi Le Liboux, analyste chez Aurel BGC. "Ce n'est pas le Brexit ou les négociations sino-américaines qui vont dominer l'agenda du jour sur les marchés. L'Italie sera en effet au centre de l'attention."

Selon toute probabilité, le Premier ministre italien Giuseppe Conte démissionnera mardi, officialisant une tonitruante rupture entre la Ligue de Matteo Salvini et le Mouvement 5 Etoiles, après seulement 14 mois de cohabitation.

Le point à l'ouverture :

La Bourse de Francfort évoluait mardi à l'équilibre,(Dax 0,04%), les investisseurs retournant aux achats d'actions, soulagés de voir leurs craintes répétées d'une nouvelle crise animer également le débat politique.

  • Au début des transactions, vers 07H20 GMT, l'indice vedette progressait de 5,22 points, à 11.720,59 points. Le MDax des valeurs moyennes prenait de son côté 25.197,66% à 0,09 points.

La Bourse de Paris se montrait plus hésitante mardi (-0,10%) après deux séances consécutives de hausse, les yeux rivés sur l'Italie.

  • A 09H20 (07H20 GMT), l'indice CAC 40 reculait de 5,22 points à 5.366,34 points. La veille, l'indice avait fini en nette hausse (+1,34%) à 5.371,56 points.

La Bourse de Londres évoluait en légère hausse mardi matin, aidée depuis quelques jours par des espoirs de mesures de soutien à l'économie face au risque de récession dans plusieurs pays.

  • Vers 07H30 GMT, l'indice FTSE-100 des principales valeurs prenait 27,28 points à 7.216,93 points, poursuivant sur sa lancée après deux jours de hausse.