L'optimisme est toujours de mise sur les principales places boursières européennes ce matin, même si la prudence reste de mise du coté des investisseurs.

  • La Bourse de Paris a ouvert en hausse jeudi (+0,23%), continuant à grignoter du terrain en direction des 5.900 points, toujours portée par l'espoir d'un accord commercial entre la Chine et les États-Unis.

Peu après l'ouverture, l'indice CAC 40 prenait 13,29 points à 5.880,03 points. La veille, il avait fini en hausse de 0,34%.

Les négociations commerciales sino-américaines restent le point de mire des marchés qui ont largement profité de l'annonce d'un accord partiel entre les deux pays.

Les déclarations de fin de semaine dernière de Larry Kudlow, le principal conseiller économique de Donald Trump, affirmant que les discussions sur cet accord dit de "phase 1" avaient "fait énormément de progrès" ont alimenté la flamme, tout comme des signaux positifs envoyés par Pékin.

Une information de presse mercredi évoquant une signature de l'accord commercial sino-américain partiel seulement en décembre prochain a néanmoins rafraîchi l'atmosphère, a noté David Madden, un analyste de CMC Markets.

Mais jeudi matin, selon Bloomberg, un porte-parole du ministre du Commerce en Chine a assuré que les deux pays s'étaient entendus pour baisser les tarifs douaniers sur leurs produits respectifs alors que les discussions progressent.

"De quoi contrebalancer les doutes" occasionnés par l'information précédente, a noté Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

"La tendance reste positive et nous considérons qu'une attaque du niveau des 5.900 points est toujours possible à court terme", a estimé pour sa part Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

La Commission européenne présentera en outre ses prévisions économiques d'automne et la Banque d'Angleterre devrait pour sa part opter pour un statu quo monétaire.

  • La Bourse de Francfort évoluait jeudi en hausse, le Dax prenant 0,78% dans un marché gardant l'espoir en vue d'un accord sino-américain sur le commerce tandis que des résultats d'entreprises sont diversement accueillis.

Dès l'ouverture, l'indice vedette avançait de 102,6 points, à 13.282,53 points. Le MDax des valeurs moyennes progressait de son côté de 0,41% à 27.072,88 points.

La Chine et les États-Unis ont convenu de réduire progressivement les droits de douane mutuels, ont rapporté des médias qui s'appuient sur les annonces d'un porte-parole du ministère chinois du Commerce. Une confirmation des États-Unis manquait encore jeudi matin.

L'horizon d'un accord commercial entre les deux super puissances reste lui incertain, alors qu'une rencontre entre le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping serait reportée au mois de décembre.

Côté indicateur, la production industrielle allemande a reculé de 0,6% en septembre, a indiqué jeudi l'office Destatis. Un chiffre inférieur à celui attendu par les analystes (-0,4%) et qui alimente les craintes d'une entrée en récession de la première économie européenne.

  • La Bourse de Londres évoluait en hausse jeudi matin (+0,36%), encouragée par des propos rassurants de Pékin sur le dossier commercial sino-américain.

Peu avant 10H00, l'indice FTSE-100 des principales valeurs prenait 26,48 points à 7.423,13 points.

"Les marchés boursiers européens progressent après une déclaration du ministre chinois du commerce selon laquelle les Etats-Unis et la Chine sont d'accord pour renoncer aux droits de douane existants en plusieurs étapes", souligne Neil Wilson, analyste chez Markets.com qui précise que "la guerre commerciale influence encore et toujours les marchés de façon spectaculaire". 

Selon lui, ces propos rassurent les investisseurs qui s'étaient un peu inquiétés la veille après des informations sur un report à décembre d'une réunion sur le sujet entre le président américain Donald Trimp et son homologue chinois Xi Jinping.

La séance britannique sera quant à elle dominée par les conclusions attendues à la mi-journée de la réunion de la Banque d'Angleterre (BoE).

Elle devrait laisser inchangés ses taux avant le Brexit et les élections législatives dans le pays, mais ses nouvelles prévisions économiques et la conférence de presse du gouverneur Mark Carney seront très suivies.