La Bourse de Paris bondissait de 1,51 % peu après l'ouverture. Vers 09H30 (08H30 GMT), l'indice vedette CAC 40 progressait de 82,49 points à 5.544,17 points, au lendemain d'une hausse de 1,16%.

Le Dax de la Bourse de Francfort était en hausse de + 1,05 %, le Bel 20 de la Bourse de Bruxelles de + 0,96 % et le FTSE 100 de la Bourse de Londres affichait + 0,48 %.

Ces nettes progressions surviennent après une semaine noire sur les marchés, où l'indice vedette parisien a par exemple accusé sa pire baisse hebdomadaire en trois mois, sur fond de fortes craintes spéculatives.

"Cette 'météo' instable sur les marchés suggère que le diagnostic sur le passage entre un présent incertain et des lendemains qui finiront par chanter n'est pas encore bien calé", affirme Hervé Goulletquer, stratégiste chez La Banque Postale AM.

Entre des mouvements de marchés brutaux liés à une vague de spéculation la semaine dernière, apaisée depuis, et une situation sanitaire toujours chaotique, les investisseurs naviguent à vue.

"La consolidation des gains et une séance plus calme sont exactement ce dont les investisseurs ont besoin pour se remettre" de la frénésie spéculative, explique Ipek Ozkardeskaya, analyste senior pour Swissquote.

La fièvre s'était emparée des marchés mondiaux la semaine dernière après un bras de fer entre investisseurs professionnels et investisseurs particuliers sur l'action des magasins de jeux vidéo américains Gamestop. Signe de l'importance qu'a pris le sujet de la spéculation autour de Gamestop, des élus américains de tous bords, de la droite conservatrice à la gauche progressiste, sont vent debout contre les pratiques jugées manipulatrices de certains acteurs de Wall Street.

Malgré le relatif retour au calme sur les marchés, les sujets d'inquiétude ne manquent pas en pleine pandémie, au premier rang desquels les difficultés d'approvisionnement en vaccins contre le Covid-19.

Les importants retards de livraison du laboratoire AstraZeneca sont "un véritable problème" pour l'UE car il devait être le fer de lance de la vaccination de masse des Vingt-Sept, a indiqué lundi la Commission européenne, qui tente pied à pied de négocier des surplus de livraison avec les producteurs.

Sur le plan des résultats trimestriels, de nombreux grands noms sont attendus mardi aux Etats-Unis, dont ceux d'Amazon, Alphabet (Google, YouTube), ExxonMobil et Pfizer.

Egalement outre-Atlantique, la Maison Blanche a campé sur ses positions lundi, signifiant son refus que son plan de sauvetage de l'économie de 1.900 milliards de dollars soit divisé par trois, comme le demandent des républicains modérés.

Concernant les vaccins anti-Covid en Europe, l'annonce par plusieurs laboratoires d'une augmentation de leurs livraisons devrait permettre une accélération de la campagne de vaccination, à l'heure des lourdes restrictions imposées face à la propagation des nouveaux variants.